Pages

dimanche 17 juin 2018

PHÉNOMÈNES

C'est pour toi que je danse,
pour toi que je flanche
à toi que je pense.
Pourtant,
tu n'es meme pas encore sur la balance.
Tu es mon esprit
une petite étincelle dans ma vie
et je t'attends comme on attend le messie. 
On se promène en phénomènes
si on se promène, 
en poupées de papier
un peu froissés,
en amoureux de Peynet.
C'est pour toi que je chante.
Viens donc,
ici, on tourbillonne  
pareils à des grains de folies,
il en va ainsi par ici. 

MARIE ANGE MURCIA

mardi 12 juin 2018

BEL AMI

Belle entrevue,
entre tournages et prises de vues.
Rencontre que je raconte,
sans distance, en toute innocence.
Premier baiser presque volé,
entre douceur et rage au cœur,
de seins en desseins,
se dessine le destin.
Alors reviens c’était si bien,
irréel, presque virtuel, si actuel.
Là, maintenant là,
avec cette persistance 
l’absence n'a plus de sens .......

MARIE ANGE MURCIA



dimanche 6 mai 2018

TOUT COMME

SUZUKI KIITSU 1796 1858 Fleurs de printemps

On s'est rencontré 
comme un printemps et son mois de Mai.
éperdu comme on en fait plus
ou presque plus,
perdue comme ça ne se fait plus
meme plus.
On s'est ignoré
comme on s'ignore en vrai.
On s'est frôlé 
comme on frôle l'amour ou l'amor.
On s'est vu,
comme des figurants en arrière plan,
on s'est revu,
comme des débutants un peu ignorants.
Puis on s'est séparé,
comme on sépare le bon grain de l'ivraie,
le mensonge de la vérité.
Mais, mais vois tu, on s'est rencontré,
tout comme le printemps rencontre son joli mois de Mai...

MARIE ANGE MURCIA

vendredi 4 mai 2018

EN FUITE

Angela Folcher danseuse flamenca

Ecrire
comme on pousse des soupirs,
expirer à chaque mot
comme on écrase son mégot.
Réapprendre son tango,
marquer son tempo,
aimer sans raison 
sans une goutte de passion, 
dégouliner d'ennuie, 
s'endormir
et dormir de plaisir....

MARIE ANGE MURCIA



jeudi 3 mai 2018

A VOUS D'Y VOIR

Je me range 
aux cotés de l'étrange,
de l'absurde qui dérange.
je m'allonge
et je déguste mes songes.
Gagné par la folie 
je déteste mon lit,
je me contente 
pour voler, d'un tapis.
Ici, si prés d'ici 
se greffent des vies,
je ne sais plus qui je suis 
et si ils m'ont greffé aussi.
Je cherche mon âme
mon cerveau est en panne,
et je plane et je plane et je plane 
laissez moi rêver je plane.

MARIE ANGE MURCIA







lundi 23 avril 2018

POUMON D'ACIER


Elisabeth Foyé "femme dormant"

j'ai été abattu d'un coup, 
d'un seul, en plein cœur.
Je me suis effondrée sans douleur.
J'ai glissé dans ce puits
ou il fait toujours nuit.
J'ai dormi et je dors
de ce sommeil 
seul connu des morts. 
Je respire encore,
prisonnière de mon corps,
on m'a jeté un sort.
A grands coups de massue 
on m'a tapé dessus,
le temps à fait le reste
comme du temps de la sieste.
Je m’étiole, je me gondole, 
je dors sans sommeil. 
Mais, 
de cet air qui m’aère, 
je respire encore.

MARIE ANGE MURCIA