Pages

mercredi 7 février 2018

MURAILLES D'AVILA


Murailles d'Avila Romane Xieme siecle

Je suis là suspendue par un bras
et si le vide se décide, il m'avalera.
Alors, le vent pourrait me souffler,
me transporter, 
prés des murailles d'Avila.
J'aimerais voir ça,
me promener à leurs pieds.
Mais le vide s'agrippe,
allons vent, souffle plus fort 
encore un effort.
Allez viens, viens avec moi
voir les murailles d'Avila.
Une fois là bas tu pourras retomber,
si tu es fatigué.
Ne me laisse pas là 
suspendue comme ça...
Tu verras, tu ne regretteras pas !!

MARIE ANGE MURCIA




lundi 5 février 2018

SUPRANATUREL


Sur un banc d'adolescents
nous avons parlé de tout sauf de nous.
Serguei Toutounov
Mais comment parler de tout,
sans parler de nous.
Comment le chanter 
sur tous les toits
puisqu'on ne le doit pas.
On sait ou se trouver 
pourtant on n'y va pas,
on ne se rencontre pas.
Ni bras dessus, 
ni bras dessous,
ni Paris au mois d’août.
Rien de vrai 
sans pouvoir s'aimer.
Sans être ensembles,
ni attendre 
dans cette chambre,
ni avoir le cœur qui tremble,
deux histoires vont l'amble..


MARIE ANGE MURCIA

dimanche 28 janvier 2018

SOUVENANCE


Elisabeth CHAPLIN selportrait
Nadie se acuerda de mi 
peu se souviennent de moi.
Furtive 
dans quelques mémoires
je suis 
la silhouette d'un soir 
celle 
que l'on croise dans le noir.
Acuerdate de mi
souviens toi 
je ne parlais presque pas,
mais j’écrivais déjà.
Quelques dessins 
par ci, par là,
quelques peintures, 
sur les murs.
Quien se acordara de mi,
qui se souviendra de moi,
pas moi... pas moi...



MARIE ANGE MURCIA

samedi 27 janvier 2018

SANS SE RETOURNER

Pascale EYRAUD

Je vais m'en aller,
sur d'autres rives m'installer.
Il faudra longtemps marcher,
pour me donner un baiser.
ici s’arrête l'histoire, comme un trottoir.
Alors il faut traverser sans meme y penser,
je traverse, je suis à pied,
mais nul ne peut me rattraper.
Un regard à gauche à droite
aucun danger d’être dérangée.
Cette chance, cette liberté
de pouvoir marcher sans se retourner.
Laisser derrière soi,
les tempêtes, les étés,
les bons et les mauvais.
Pour seuls bagages,
mon langage, mon esprit,
mes souvenirs et mes écrits.
je m’arrêterai peut être, sous une ou deux fenêtres,
pas plus il ne m'en faut pas plus,
avant de disparaître dans la brume ...
(ceci est une fiction, quoi que)

MARIE ANGE MURCIA



vendredi 26 janvier 2018

L'AMOUR EST DANS LE PRÉ


Assise près du comptoir
je cherche du regard
ta présence dans ce bar.
Mes pas m'ont mené au hasard.
Je suis entrée, happée  
par la certitude de t'y rencontrer.
Dans ce bruit insensé, 
je reconnais la voix de Georges
il chante "le meteque" je crois 
"avec ma gueule"..
oui c'est bien lui 
tu te souviens? 
Non, tu ne te souviens pas  
pourtant c’était hier 
enfin, avant, avant hier.
Il y a des moments comme ça 
inoubliables,
et l'on ne saura jamais 
si c'est pour ce qui fut, 
qui aurait pu être 
ou qui ne sera jamais.
Je déguste le bruit, la fumée,
quelques gorgées, 
ton absence et ma liberté .
Ne pas te rencontrer 
c'est aussi continuer à rêver.
Rendez vous demain, 
dans ce petit chemin, 
tout près, si près dans l'herbe des prés,
on finira bien par se rencontrer. 

MARIE ANGE MURCIA

jeudi 25 janvier 2018

EST CE BIEN ELLE


Je me vois déjà avançant vers toi 
comme si tu ne m'attendais pas. 

L'air étonné 
tu n'y croiras pas, tu te diras:
<< Est ce bien celle là qui vient par là?
son parfum ses mains 
et le bout de ses seins.
Me croisera t elle ou s’arrêtera t elle?
Osera t elle venir vers moi?
Oui c'est bien elle 
dans sa robe en dentelle.
Lui dire bonjour ou mon amour?
La toucher du regard 
au milieu de nulle part
ou l’entraîner à l'abri des rires et du bruit?
M'approcher, lui donner un baiser.
Du bout des doigts suivre son bras, 
son dos, ses reins 
dans le creux de ma main.
Si ce n’était pas elle, 
si elle n’était pas belle
je dirai ce n'est pas moi, 
je ne vous connais pas.
Mais non c'est elle, je reconnais son pas.
Son regard ne regarde que moi.
Elle me dit bonjour de loin, d'un geste de la main.
Je l'attend, elle vient, elle est là.
Voilà c'est cela ,elle n'est là que pour moi. >>

MARIE ANGE MURCIA