Pages

samedi 16 décembre 2017

ENTRE DEUX

De mon premier temps libre 
tu fus la rupture de contrat.
Mon envol, je le repris avec toi
dans le schéma imposé  
de ce couple que nous ne formions pas.
Nos distances pareilles 
de peurs, de douleurs, de cœur
nous offraient  juste un instant de bonheur.
Le temps en passant, nous a rangé, 
canalisé du meme coté, en ville.
Sont-ce tes pas qui te ramènent par là
pour finir ou en finir avec moi ? 
Regards de prose, âme de poètes
nos mots se mélangeront ils bientôt,
un moment, tout le temps, ou simplement ?

MARIE ANGE MURCIA


jeudi 14 décembre 2017

ILLUSIONNISTE

Parle moi, 
demande moi
si les minutes furent longues,
depuis tout ce temps
et si j'attends toujours.
Berce moi, encore et encore 
de ces illusions
qui n'endorment que moi.





MARIE ANGE MURCIA



vendredi 8 décembre 2017

EXODUS



Ce silence, 
me rend perplexe,
me rempli de complexes. 
Je reste sans plume.
Effaçant les palabres, 
j'efface toutes mes traces,
je les gomme une à une
les "inopportunes". 
Je marche à reculons
à la moindre illusion.
Ce silence me vexe,
il me rend ex,
ex-îlée, ex-pulsée, ex et encore ex ....

MARIE ANGE MURCIA

samedi 18 novembre 2017

AQUA

Par monts et par vaux 
ne me reste plus que de l'eau
rivières, fontaines 
cinglantes, ruisselantes
plage, rage ou ravage.  
Sans y tremper le bout de mon pied 
en attendant l'été, 
je rêve d'y plonger 
cette eau me portera sur son dos
flottante, dérivante, 
pas du tout consentante
presque migrante...

MARIE ANGE MURCIA

jeudi 16 novembre 2017

GOMMÉE FROISSÉE


Allons donc, 
ne vous détournez pas 
de ma soudaine liberté.
Sans inquiétude aucune 
sachez,
chaque nuit 
je grimpe sur la lune,
je m'invente 
des pays de fortune,
je chevauche 
à travers les dunes.
Allons donc,
cessez de ne pas me parler,
je suis toujours 
celle que je fus.
Je ne m'approcherai pas plus,
perchée, 
accrochée à mes pensées,
je resterai.
Comme une gomme 
le silence m'efface
et la feuille se froisse .....

MARIE ANGE MURCIA



samedi 11 novembre 2017

PAMPHLET

Nul ne sait ni ne saura 
nul ne peut ni ne pourra
conter à ma place.
La légende naîtra
et surtout persistera.
Ceux qui furent absents,
hors sentiments,
seront inexistants.
Sans contraintes, sans astreintes 
il ne peut y avoir d’étreintes.  
tout coûte,
la moindre mémoire, le moindre regard.  
Tout pèse, 
du mouchoir à mes bras. 
Nul ne sait ni ne saura,
ce qu'il en fut de qui s'en fût  .....

MARIE ANGE MURCIA