Pages

lundi 24 décembre 2012

NOEL


Noel est bien là. 
Ce soir le petit jésus naîtra.
Pendant que Marie accouchera
Nous seront tous à nos repas
Pas très loin de la crèche 
Et du sapin décoré...
Avons nous encore idée
De ce qu'est la chrétienté?
Avons nous encore 
Quelques notions de charité?
Nos églises désertées
Sont en vente sur Ebay.
Attaqués de tous cotés
Abusés ou désabusés
Abuseurs contre detractracteurs 
La pénurie se fait sentir chez les curés.
La foie s'en va
Le choeur se meure
Privé de sa musique sacrée... 
Dans le désert nos mages 
Sont prit en otage
Déchargés de leurs présents
C'est en captivité
Qu'ils vivront la nativité.
L’étoile du berger
Brillera comme à l'accoutumée
Et quand bien même
Les rois seraient arrivés à Bethléem
Ils y seraient encore
Sans droit de passage  
Dans le petit matin blême... 



MARIE ANGE MURCIA









dimanche 16 décembre 2012

FIN DU MONDE

BUGARACH
                                                                                           pour la fin du monde

en ce vingt et un douze deux mille douze
fin du monde ..
ou, fin de ce monde...
de ton monde,
ou bien du mien..
s'en sera fini
des souffrances et de la maladie,
des rêves et des bonnes nouvelles,
de l'espoir et du désespoir
s'en sera fini
des décembres
des sapins des noëls et de leur père
des calendriers et de leurs saints.
plus de petits matins qui chantent
ou de lendemains qui déchantent
sans voir le printemps
sans attendre l’été
personne pour nous sépulturer...
seuls ceux de Bugarach
ceux de cet endroit
si prés de chez moi...
allez rendez vous 
dans l'au delà 
ou tout simplement dans l’Aude 
et je serai là et bien là!!

MARIE ANGE MURCIA

mercredi 31 octobre 2012

DÉRIVES SAISONNIERES

Indolence suprême
Jour, à tel autre jour idem
Passant les saisons
Écrivant sans raison
Mais avec quelques passions.
Décrivant les sensations
Postant sans manière
A cette adresse
De "dérives saisonnières".
Condensé d’émotions
Réaction épidermique
Ou aventures épiques...
Création de matière
A réfléchir ou a distraire,
Livre sans page,
Ni celle de garde
Sans maison d’édition
Ni publications....

MARIE ANGE MURCIA









samedi 27 octobre 2012

DATATION


L'an a passé,
Bien tassé,
Nous voilà classé
Passant 
De fringuant à dégoulinant
Décroissant
Sans même être consentant..
Avec la mémoire en partance,
Les mouvements sans prestance,
La vue basse
Le corps sous haute tension
Dépendant des potions..
Comptant nos années
Il n'y en aura pas assez pour l’éternité
Bientôt notre crédit sera épuisé..
Que pourrions nous faire en attendant
Conter nos histoires aux enfants
Leur dire nos passions
Fredonner nos chansons...
Ou tenter la chirurgie
Par quelques coups de bistouri 
Retrouver notre apparence 
En espérant avoir la chance
Comme dans les ritournelles
De ne pas perdre la tête ...... 

MARIE ANGE MURCIA



mercredi 24 octobre 2012

RITUEL AUTOMNAL

tombe de mon arrière grand mère cimetière d’Oran Tamazouhet

La Toussaint 
Pour tous les saints
Le premier novembre
Pour se rendre sur les tombes
Quelques milliers de chrysanthèmes 
Pour égayer ces lieux si sombres
Parade de la douleur
Va et vient rituel
Pour tous ceux qui sont au ciel,
A ne pas confondre
Avec ceux qui vont en enfer
Rejoindre Lucifer.
Certains oubliés 
Ne verront rien passer 
Ni parents ni bouquets,
Que dire pour ceux 
Arrivés depuis peu
Décorés à l’excès 
Preuves d'amour ou de succès..
Ou ceux réduit en cendre ...??
Oh mon Dieu quelle journée
Pour les "pas oubliés"
Sortis de leur torpeur
Par ces milliers de visiteurs 
Les bras chargés de fleurs..
Ressassant leurs prières
Dans ces dernières demeures
Que l'on nomme cimetières...

MARIE ANGE MURCIA


dimanche 21 octobre 2012

PLUME ELECTRONIQUE


écrire pour écrire
en voilà une façon de passer son temps
se parler à soi même
en imprimant la réponse
afin de se souvenir de la question.....
pour évacuer le trop plein.
certains sont des orateurs
d'autres des penseurs 
et quelques uns des écrivains
les mots toujours les mots
pour ma part écrits,
pas souvent exprimés,
en voilà une façon de passer son temps!!
avec des pleins et des déliés,
sans avoir besoin d'encriers 
adieu taches d'encre du passé,
l'odeur du papier
les erreurs non gommées..
nos pages d’écritures 
sont désormais dans les musées
posées prés de nos tabliers 
soigneusement repassés.
du Sergent Major au Baron Bic 
nous voilà plongés 
dans l’ère de l'informatique.
sans frontière,
à tchater avec l'humanité .....
et le croirez vous
il souffle comme un vent de liberté....

MARIE ANGE MURCIA



samedi 20 octobre 2012

AVEUX CIRCONSTANCIÉS


J'aimerai dire 
A tous ceux qui un jour 
Ont croisé mon chemin 
Pour un instant 
Ou pour longtemps
Que je n'ai jamais fait semblant
Que j'aime le vent 
Les chansons
Les belles histoires et les amants
L'amour des uns 
La fougue des autres
Le regard de certains
La caresse des autres
La bonté et le bien
Les beaux rêves
Les voyages au bout du monde
Les ballades au bord de l'eau
Les baignades dans les vagues
Quelques croisades 
Certains conquérants
Le bleu des cieux 
Et celui de ses yeux
Les miroirs aux alouettes 
Et les galipettes
Les lendemains qui chantent
La pluie après le beau temps.
Mais que je déteste 
Les méchants
Les peurs bleues 
Les nuits blanches
Les fourbes et les pédants
Les fous du roi ,
Les enchanteurs 
Et le malheur.

MARIE ANGE MURCIA






vendredi 19 octobre 2012

FANTÔMES DU WEB

route 66 0ATMAN (Michele BELLONNET)

Je les connais,
Je les reconnais...
Je les trouve,
Je les retrouve...
Tissés sur la toile,
Habitant le web,
Partageant mes mirages
Nous étions alors de petits enfants sages.
Depuis je regarde passer leurs images 
Sans même oser cliquer 
De peur de les diffuser.
Oui je les connaissais,
Oui je les ai retrouvé,
Mais je laisse glisser sans cliquer,
De peur de les déranger....
Coincés dans mes albums,
Si peu nommés,
Ils font désormais partie de mon passé
Fantômes de ce qui fut
Et qui ne sera plus
De plus en plus étrangers
Nous oublions de partager...


MARIE ANGE MURCIA








jeudi 18 octobre 2012

LECTURE LECTURA LEITURA

HOKUSAI lecture

Je voudrais dire
Que les mots
Que j'accroche les uns aux autres
Appartiennent à tous ceux
Qui se reconnaîtront en eux ..
Oui parfois je règle mes comptes
Mais je veux laisser mon témoignage
A celui la qui saura lire entre les lignes
Qui pensera qu'elles sont écrites pour lui
Qui comprendra que je m'adresse à lui....
Connaissant mes maux
Il y puisera quelques substances
Pour en comprendre la lecture...
De ma plus belle écriture
Sans encre ni rature
Je diffuse ma nature.
Je panse mes plaies
Pour arrêter de saigner.
Je donne les clefs
Des mystères de mon passé
Allant de mes joies à mes peines
Plaçant quelques verbes
Pour agrémenter ma verve... 


MARIE ANGE MURCIA





dimanche 14 octobre 2012

MORTEL-MORTAL


Mort d'amour 
Pour un regard ou sans espoir
De plaisir ou bien de rire
Mort sans grace
Présidentielle 
Ou celle du ciel
A petit feu ou peu à peu
Dans l'agonie et sans ami
D'ennuie ou bien transi 
Pour la patrie ou sans patrie
De peur et sans bravoure
Au front ou les bas fonds
D’inquiétude ou d'accident
Mort subite mort suspecte
Au feu, d'envie, de froid, 
De fatigue, de faim, de soif,
Mort vivant ou survivant 
Revenant, hantant, 
Bien né, pas né, mort né,
Mortel ou immortel, 
En enfer ou dans le ciel,
Et ainsi de suite ...
Jusqu'à ce que la mort survienne
Et ainsi de suite...
Jusqu'à ce que mort s'en suive.............

MARIE ANGE MURCIA





jeudi 4 octobre 2012

CONQUISTADOR

ce morceau de journal est l'original
resté bien plié de porte monnaie  en porte monnaie
il atteste de la réalité , c’était là sa destinée...







Décédé sans l'avoir décidé
disparu sans l'avoir voulu
tel fut le sort 
de ce conquistador
parti d’Andalousie
pour arriver au Chili
loin de sa péninsule ibérique
il était bel et bien en Amérique
la mine lui a prit ses jours
avouez que ce n'est pas de chance
puisqu'il mourut sous une avalanche
bientôt cent ans 
qu'il est mort de froid
il ne reste plus de lui 
que deux lignes dans un canard 
que sa femme acheta 
*sous le bras d'un aveugle 
qui passait par là 
ce morceau de journal 
est l'original 
resté bien plié 
de porte monnaie  en porte monnaie
il atteste de la réalité , 
c’était là sa destinée
cet homme là
s’appelait Manuel Médina
mon bisaïeul ...
quoiqu'il en soit
une bien triste histoire 
sans aucune gloire 
mais ma légende à moi....
qui attendra que je repasse par là
je veux dire à Rancagua ! 

MARIE ANGE MURCIA


* en Espagne en ce temps là (1914) c’étaient les aveugles qui vendaient les journaux






jeudi 27 septembre 2012

RENAUD

http://album.aufeminin.com/album


Incapacité au bonheur
Autodestruction programmée
Récidive anisée
Sans compter tous les coups de la destinée
Mais pourquoi parler de cela
De ce désespoir qui n'appartient qu'a toi
Faire la "une" non plus pour la gloire
Mais pour le mal boire
Chanter sans voix 
Ecrire sans espoir 
Mais qu'ils aillent tous se faire voir
Que ta vie t'appartienne 
Et que ta mort soit tienne
Ils veulent tes dernières chansons
Pour voir si tu es toujours aussi bon
Alors pour te sauver de toi même 
Ils t'encensent à l’extrême
Pour que tu reviennes
Et que tu sois toujours le même
Qu'importe le flacon
Pourvu qu'ils aient l'ivresse...
Il n'y a que toi qui puisse entrer dans l’arène
Chantant enchanté ou désenchanté
Livrant tes musiques pérennes
A tous tes fans en haleine
Et pour les remercier de tous leurs ex voto
Il te suffira encore une fois tout simplement  d’être Renaud...

MARIE ANGE MURCIA     le 27/09/2012 (un jour un destin Renaud Sechan


http://www.renaud-lesite.fr/

samedi 22 septembre 2012

EQUINOXE


Je vois l'automne désintégrer l’été
En volant peu à peu la luminosité
Repoussant le jour toujours plus tôt
Installant la nuit toujours trop tôt
Démaquillant les prés
Effeuillant les cités
Fardant la foret
Courtisant pour faire rougir
Les mille et un feuillages
Des peintres inspirés.
Quelle tristesse de voir s'en aller
Nos belles soirées étoilées
De devoir ranger
Nos chaises longues désertées
De renoncer à nos bains de mers
Devenus trop glacés..
A la recherche du moindre rayon
Sur un coin de balcon
Laissons les équinoxes se bousculer
Pour nous ramener notre saison préférée.

MARIE ANGE MURCIA

 équinoxe d'automne 22/09/2012



jeudi 20 septembre 2012

ALZHEIMER



elle n'attend plus
puisqu'elle ne sait plus
mais peu de ceux 
qui l'on connu
se disent qu'est elle devenu?
de son monde sans douleur
elle passe les heures...
pouvait elle imaginer
ainsi sa vie terminer.
en ces temps modernes
envahis par des milliers de messages sans intérêt 
pas un seul pour une maman délaissée...
sa mémoire flottante voyage 
bien plus vite que les ondes
elle comprend ce vide immense
quand parfois la tristesse 
lui donne ce regard si intense  
et à la fois si vide de sens
abracadabra 
et le téléphone ne sonna pas
turlututu
quoi dire de plus
je crois bien... rien de plus...!!
..............................................
taratata
inutile de mentir je ne vous crois pas!!

MARIE ANGE MURCIA  journée mondiale de l'Alzheimer  21/09/2012









dimanche 26 août 2012

AU CLAIR DE LA LUNE

21 juillet 1969
né le 5 août 1930 mort le 25 août 2012



encensé par l'humanité
désormais voyageur sans fusée
aspiré pour l’éternité
Neil Armstrong  s'en est allé....
en flottant pour marcher
en dansant pour courir
c'est sous le regard émerveillé
du monde entier qu'il passa
de terrestre à extra terrestre
en foulant au clair de la terre
un territoire imaginaire
un territoire lunaire.
ce fut "un petit pas pour l'homme
un grand bond pour l'humanité".
Pierrot la larme à l'oeil
attendra pour faire son deuil
son vendredi est parti
il était son seul et unique ami......

MARIE ANGE MURCIA





vendredi 24 août 2012

LA TRAMONTANE

connaissez vous ce vent
celui qui souffle
sur le golf du lion ?
celui qui balaye
le Languedoc Roussillon ?
celui qui passe la montagne
et que l'on nomme Tramontane ?
le vent des Ibères
venant geler nos hivers..
secouant la nature,
donnant au ciel la couleur de ses yeux....
à la mer celle des rivières en colère
faisant déborder les jetées
et mousser la Méditerranée
il reste coincé
dans nos contrées
pour mieux chanter
pour mieux danser
et s'enrouler
au sommet de nos clochers



MARIE ANGE MURCIA

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tramontane

vendredi 27 juillet 2012

AÏEULE - ABUELA

Maria Modesta Martinez Medina ma grand mere maternelle

Aïeule sans titre
Sans gloire ni devoir
Mére grand sans chaperon
Sans petits enfants
Sans élan de grand maman
Sans tarte au citron
Ni assiette de macarons
Amour sans retour
Ni espoir de détour
Privation sans prénoms
Sans marque d'affiliation
Sans choc des générations
Laissons passer les déceptions
Les contes et les chansons
Les légendes des plus grands
Les mensonges des méchants
La sentence des parents
Pour une condamnation
Sans pourvoi en cassation.....


MARIE ANGE MURCIA






dimanche 24 juin 2012

LES CLOCHES DE NARBONNE


les volées du clocher
me souviennent sur l'heure
les émotions qui furent bonnes
dans cette belle ville de Narbonne.
inlassable écho
se propageant comme une onde
accompagnant la musique du vent..
par la fenetre entrouverte,
se glisse le son
de la conscience et de la religion..
les rendez vous de mon âme
se font de dimanche en dimanche
et je reste dans la musique du temps
lorsque la cloche sonne
les minutes qui fuient
j'écoute sans broncher
essayant de compter....
parfois aussi sonne le glas
pour ceux hélas
qui sont passés de vie à trèpas
alors lentement se meurent
les quelques coups
annonçant la dernière demeure.....
mais ne nous égarons pas
j'etais juste venue vous dire là
que j'aime celles la
et qu'il y a des secrets
entre elles et moi.......



MARIE ANGE MURCIA







mercredi 20 juin 2012

ORAN

4 rue de Normandie lors de mon voyage en 2010
je me vois ,
pas très loin de chez moi
à l'ombre d'un figuier
aux senteurs de l'été
sous un soleil de plomb
écoutant tous les bruits de saison....
j'ai dans l'esprit
cette langueur des gens d'ici
ne vous méprenez pas
je veux dire de là bas....
la vie j'ose le dire
a amputé mon destin
et je reste là à regarder ceux là
qui ont le droit
meme celui de me contester mes endroits
l'amour ne s'invente pas
et l'on ne triche pas avec ces choses là...
je voudrais dire
à tous ceux qui ne me voient pas
mais qui parlent avec moi
que je suis un morceau indivisible
de cette terre sur laquelle ils vivent
j'apprends avec eux
l'histoire de nos aieux
et je cherche dans leurs savoir
les résonances de ma mémoire 
alors je reste en tout état de chose
un enfant parmi les enfants
de cette belle ville d'Oran....

MARIE ANGE MURCIA

http://fr.wikipedia.org/wiki/Oran

samedi 16 juin 2012

MODE D'EMPLOI


comme une étrangère
souvent je relis mes textes d'hier
ils défilent sur la toile les uns sous les autres.
j’égraine ce chapelet d’émotions
certaine d'y découvrir les secrets
de mes strip tease épisodiques.
je m'interroge sur la méthode,
sur ma façon de produire cette écriture.
a base de mots qui s'accordent
se glissent souvent 
ceux qui sèment la discorde,
alors il faut tout reprendre 
pour que tout concorde....
parler de soi ou de ceux 
est un exercice périlleux..
résumer pour ne point lasser,
condenser pour cadencer le rythme de mes idées,
définir sans se tromper
arrondir pour ne point choquer
ne livrer en lecture
que ce qui ne le sera pas en pâture.....
enfin croire que tout est dit
 en stoppant l’hémorragie
de cette sève mystique et nourricière,
retenir sa plume,
résister au mot de trop
verrouiller le sujet sans tarder,
puis laisser lire,lire et relire encore.....

MARIE ANGE MURCIA


jeudi 31 mai 2012

PETER AND MARY






par ces quelques mots reçus en British
ou devrais je dire
dans la langue de Shakespeare
je reste sans vocabulaire
pardon, pour celle de voltaire .....
j'utilise donc le présent
pour parler du passé
avec lequel j'ai conjugué
avec un, beaucoup plus qu'imparfait...
si Peter est sans elle
Angel est sans ailes
si Peter c'est Pierre
alors c'est sure
Angel c'est bien elle  ...
maintenant c'est certain
Angel restera sans Peter...........
éternellement sans pierre
et Pierre sans Mary.....Angel....!!!!


MARIE ANGE MURCIA                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      



lundi 16 avril 2012

NAUFRAGE

RMS Titanic departing southampton on 10 April 1912
comment peut on faire pour oublier
lorsque l'on a tant aimé.
est il juste de penser
que l'on s'habitue à l'absence
en continuant à croire que la vie à un sens,
lorsque se traînent à n'en plus finir
les relents insupportables
de ce qui fut et ne sera plus,
ce sentiment d'impuissance
grandissant sans complaisance,
ce  profond vertige,
cette punition ultime
affligée aux amoureux,
de faire battre leur coeur
non plus pour eux,
mais rien que pour l'un sur deux.
le temps passant
n'arrange en rien
le naufrage de l'amant restant
souffrant à chaque instant
de la vacance de ses sentiments

MARIE ANGE MURCIA   après le film "TITANIC"

dimanche 8 avril 2012

ELLE -ELLA

ma mère Carmen Jeanne MURCIA MARTINEZ 

à tous ceux qui me parlent d'elle
ou me demandent de ses nouvelles
je voudrais dire
que ma mère est toujours aussi belle.
et que de pipelette elle est passée à muette.
le coeur apaisé
son sommeil ressemble à celui de l'éternité ..
je me charge de son corps
pour préserver sa dignité..
pour elle je renonce à ma liberté
à mon jardin potager
à ma maison du Narbonnais
je vis une histoire sans parole
une aventure pas si drôle
je décide de sa vie
en cherchant à comprendre ses envies.
je choisis ses atours
avec les couleurs du jour
je range sa vie
en emballant mes tries,
je ramasse les miettes
prés de son assiette,
je parle pour elle,
je chante pour elle,
je reste prés d'elle...
je le fais pour elle
mais voyez vous, comprenez bien ...
tout cela sans elle...


MARIE ANGE MURCIA   
pour maman après son AVC le 19 janvier 2012

mardi 27 mars 2012

PLEURS -LLANTOS

 Fontaine en pleurs, Portugal, 

comment trouver la force
lorsqu'il n'y a plus rien à faire
lorsqu'il n'y a plus rien à dire..
seuls les sanglots témoignent
de cet irréversible destin
de mon cousin germain .
je sais pour l'avoir vécu,
pour l'avoir connu,
que rien ne remplace
celle qui a disparu.
d'aubes en crépuscules
notre propre vie
ne nous fait plus envie.
inutiles paroles,
sans accord ni couleur,
blafardes sans saveur
elles nous crèvent le coeur....
que se taisent les pleurs
pour laisser place à l'absence,
à la douleur incompressible,
au chagrin inévitable,
comme une sentence
défaisant l'alliance
de ces deux êtres
dont l'un est déjà en partance..
crier au désespoir,
hurler de douleur,
pour enfin comprendre
enfin apprendre
que tout et chacun se meure...
sans attendre.........

MARIE ANGE MURCIA

dimanche 25 mars 2012

NASREDDINE ALPHONSE- ETIENNE DINET

mausolée d'Etienne Dinet à Bou Saada
















                                             






















Endormi
Dans ton mausaulée
As tu toujours ce regard
Sur le hoggard?
Orientaliste à l’excès
C'est de ton pinceau
Que nous sont parvenus
Les témoignages de ces temps révolus.
Je reste admirative
De cette lumière créative
Je cherche 
Dans chacune de tes toiles
Les paysages de mon pays natal
Lorsque de ton choix tu t’arrêtas
Dans le coeur de Bou Saada
Savais tu déjà
Que tu resterais là..
Loin de cette France ou tu es né
De religion tu as changé
Une autre langue tu as parlé
Tout un peuple tu as croqué
Tu savais ce que tu voulais
Et c'est la bas que tu l'as trouvé...
Dans le désert,
Entre oued et palmeraies..


MARIE ANGE MURCIA

dimanche 18 mars 2012

MA FORCE




Allégorie de la Force et de la Sagesse, par Veronese (1580). 
je me suis souvent demandée
à quoi pouvait bien servir cette force
celle dont je suis pourvue
celle qui se dégage de tout mon corps
aujourd'hui je connais son utilité
à mon service sans faillir
grâce à elle je soulève
ma mater dolorosa ....
comme une enfant
je la transporte, je la supporte,
je la ballotte
de sa matière je suis faite,
de ses entailles je suis née
assurément pour l'aider,
maintenant je le sais...
mais qu'en ferai je après?
sans sombrer, sans désespérer....
ma force s'en ira t elle avec elle?
comme une Dalila décidera- t- elle
de me couper les ailes?
seule sur ma planète
les bras m'en tomberont peut être....

MARIE ANGE MURCIA

jeudi 8 mars 2012

EMIGRANTES









depuis maintenant quatre générations
les femmes de ma famille
ont vécu dans l’émigration..
humiliées, déracinées
sans cesse obligées de recommencer
dans la misère elles vivaient ...
au travail acharnées
leurs enfants elles nourriçaient
berçant dans leurs coeurs
les mélodies du bonheur..
sous un ciel étranger
elles sont restées..
de ma propre mélancolie
j'ose à peine imaginer
la souffrance supportée..
privée de ces liens
qui formaient leur communauté
de l’Andalousie ou elles sont nées
en Afrique elles se sont retrouvées
sans savoir qu'elles devraient encore déménager.
moi j'aurais voulu rester
alors j'y suis retourner
pour essayer d’arrêter la malédiction
de cette maudite immigration.
alors me voilà
pour témoigner de cela
pour rendre hommage à celles là
qui eurent le courage
de partir là bas..



MARIE ANGE MURCIA


samedi 3 mars 2012

MÉLANCOLIE

l'usine Bastos à Oran dans laquelle ma grand mère était cigarière et mon arrière grand mère  roulait les cigares
une aubaine pour toutes ces femmes dans la misère 
je ne sais pas quand
je sortirai  de là,
prise au piège depuis si longtemps
je ne connais rien d'autre que ça....
les yeux rivés vers l'horizon,
je n’écoute que les chansons
que j'entendais lorsque j’étais enfant..
le coeur bercé
par la langue de mes aînés,
j'ai grandi en parlant étranger,
de cet étranger,
qui nous permettait de manger..
comme une souffrance mal  digérée
j'ai les relents de ces années,
avec dans les yeux le merveilleux
avec dans le coeur rien de mieux.
à la recherche de mon destin
je réinvente les chemins
du temps ou l'on me tenait la main..
j'imagine dans ces photographies d'antan,
ce que nous faisions en ces instants,
coincés dans ces clichés
nous y seront pour l’éternité.
en remontant le temps
je peux dire précisément,
ma place, celle de mes parents,
la chaleur de ces moments,
la fureurs des évènements,
le désespoir d'un peuple en partance,
sans jugement ni sentence,
livré à l'errance....
adieu pays de naissance
je reste cet apatride en instances
de repentances, croyances et désespérances...

MARIE ANGE MURCIA

lundi 27 février 2012

CONFESSIONS PAS INTIMES

"l’écrivain public" Etienne Dinet

A tous ceux qui lisent
Sans vouloir ou par hasard
En passant ou repassant
D'un oeil distrait ou goguenard
Habitués à la surproduction
De milliers d'informations
Je vous laisse les impressions
De mes moments
De mes sentiments
Mes colères de l'instant
Ou mes amours sans présent.
Intéressés ou méprisants
J'attends vos arguments.
Sans gloire et avec humilité
J'ai le courage d'en parler..
Ce sont tous ces mots distribués
Dans un ordre bien rangé
Qui rythment mes journées.
A chaque texte bouclé
Tout semble terminé,
Mais comme une musique sans fin
Chaque épisode a son refrain
Ecriture automatique
Poussée de fièvre linguistique
J'imprime, j'exprime
Et c'est comme une étrangère
Que je relis ses lignes..
Epuisée vidée,
Je marche désormais à coté
En sachant qu'il est né
Et lorsque l'enfant parait
Il a sa propre vie désormais.


MARIE ANGE MURCIA

vendredi 24 février 2012

OUTRAGE


Outrée à outrance
par les outrages de nos semblables,
dans un bocal sans eau,
à travers un vitrail sans dieu,
si prés de son église
si loin de ses bienfaits
dans ce lieu dit de petite paix,
en roulant ou boitant,
sans savoir ou sachant,
s'en est fini de la dignité de nos parents..
Assis à longueur de temps,
dépendants sans le vouloir,
souillés jusqu'au coucher,
piqués sans intimité,
ignorés, mal aimés
courrez pour les chercher.....
Qu'en sera t il de nous
lorsque l'on sait ce qu'il advient d'eux,
inutile de fermer les yeux.
On enterre notre mémoire
en mettant nos vieux dans des mouroirs..
J'ai vu de mes yeux vu,
j'ai su de mon cœur su,
que pas une minute de plus
je serai complice d'un tel abus.
Ce que tu ne veux pas pour toi
ne le veux pas pour moi.
Lorsque ma tête s'en ira
et que mon corps faillira
garde moi prés de toi,
en prenant soin de moi.....

MARIE ANGE MURCIA

mardi 14 février 2012

INTROSPECTION

Allez je vais vous le dire
Mon bocal vacille
Alourdi par le trop plein
Accumulé en son sein
Et si dans mon coeur
S’éternise la rancœur
Ne vous attardez pas 
Et partez sur l'heure
Je cultive la solitude par nature 
J'appartiens a cette race 
indomptable de femelle
Dont vous ne croiserez
Peut être jamais le chemin
Cent fois blessée
Cent fois ressuscitée
Effacée jusque dans l’âme
Tourmentée à en perdre pied
Bloquée dans mon donjon
Je scrute l'horizon
Et je ne vois rien venir,
Rien venir de bon....
Ceux de mon passé
Me retrouveront
Là ou ils m'ont laissé
Juste à coté de ma vie
Pas très loin de ma mort.
En suivant mes traces,
En marchant sur mes pas
Ils connaîtront
Ma profonde révolte
L'histoire de mes heurts ......
Et mes immenses bonheurs.......

MARIE ANGE MURCIA