Pages

samedi 18 novembre 2017

AQUA

Par monts et par vaux 
ne me reste plus que de l'eau
rivières, fontaines 
cinglantes, ruisselantes
plage, rage ou ravage.  
Sans y tremper le bout de mon pied 
en attendant l'été, 
je rêve d'y plonger 
cette eau me portera sur son dos
flottante, dérivante, 
pas du tout consentante
presque migrante...

MARIE ANGE MURCIA

jeudi 16 novembre 2017

GOMMÉE FROISSÉE

Allons donc, 
ne vous détournez pas 
de ma soudaine liberté.
Sans inquiétude aucune 
sachez,
chaque nuit je grimpe sur la lune,
je m'invente des pays de fortune,
je chevauche à travers les dunes.
Allons donc,
cessez de ne pas me parler,
je suis toujours celle que je fus.
Je ne m'approcherai pas plus,
perchée, accrochée à mes pensées,
je resterai.
Comme une gomme le silence m'efface
et la feuille se froisse .....

MARIE ANGE MURCIA



samedi 11 novembre 2017

PAMPHLET

Nul ne sait ni ne saura 
nul ne peut ni ne pourra
conter à ma place.
La légende naîtra
et surtout persistera.
Ceux qui furent absents,
hors sentiments,
seront inexistants.
Sans contraintes, sans astreintes 
il ne peut y avoir d’étreintes.  
tout coûte,
la moindre mémoire, le moindre regard.  
Tout pèse, 
du mouchoir à mes bras. 
Nul ne sait ni ne saura,
ce qu'il en fut de qui s'en fût  .....

MARIE ANGE MURCIA



dimanche 5 novembre 2017

SANS TOI NI TOI


Deux sœurs Otto Mueller 




Boire dans vos bols
gestes ou symboles .
Votre présence, votre odeur
me chavirent le cœur.
L’âme sévère 
le regard triste
je joue à un jeu de piste
qui est passé par ici
qui ne repassera plus par là
et moi je reste là,
je vis ici,
sans toi ni toi...

MARIE ANGE MURCIA 


mardi 31 octobre 2017

LES SŒURS MARTINEZ


Deux sœurs, 
presque sans pudeur,
s'en sont allées 
vers des horizons meilleurs.
L'une suivant l'autre,
comptant les heures
les séparant de leur bonheur.
Au meme endroit à la meme heure,
je reste sans voix, j'ai eu si peur.
Orpheline de l'une, 
orpheline de l'autre.
Deux Oranaises s'en sont allées 
bien décidées à ne pas se quitter 
entre ciel et terre, si légers,
flotte encore ici, leurs parfums de mères 
au 6 rue Kleber ....

MARIE ANGE MURCIA

mardi 24 octobre 2017

MARÉE BASSE

Léon Spilliaert marine jaune et mauve 1923 aquarelle


Leon Spilliaert plage à marée basse 1909 encre de chine
A marée basse,
un peu trop loin 
pour espérer un bain.
Seuls, 
se devinent les vagues 
rivages, orages,
tempêtes et plages défaites.
Se mouiller à peine 
pour croire en l’été
se geler 
pour s’être trempée ou trompée 
de saison, de maison, de garçon.
Parcourue de frissons, 
le temps est aux glaçons,
le froid en ultime sensation...

MARIE ANGE MURCIA


samedi 21 octobre 2017

PÈLERINER


je partirais bien à pieds 
marcher jusqu'à en tomber 
sans meme y penser. 
M’éloigner sans me retourner,
droit devant,
face au soleil levant,
avec ou sans vent.
M’asseoir de temps en temps,
souffler un instant.
Chemin faisant, 
boire aux fontaines des couvents,
voir le couchant,
attendre l'aurore 
et repartir encore.
C'est vrai, 
partir à pieds,
cheminer, pèleriner 
pour un tour, quelques détours,
sans espoir de retour .. 

MARIE ANGE MURCIA












jeudi 19 octobre 2017

ODEURS COULEURS ET SENSATIONS


D'échéances en évidences,
une chance
de suivre mon étoile,
survivre sur la toile.
Un mirage,
une histoire un peu vintage
Odeurs, couleurs et sensations.
Si cela porte un nom
je l’écrirai cent fois
comme une punition.
Oserais je un prénom?
Non, mieux,
ce regard en fond d’écran,
une illusion parmi les illusions.
Une légende seventies
pire que de la gourmandise
un cadeau, une surprise.

MARIE ANGE MURCIA









lundi 16 octobre 2017

ET CETERA

Durando Togo Richard "la femme au tambourin"

Bien sure 
j'aurais aimé être la reine du bal
vêtue de carnaval,
le phénomène dont on parle.
Etre aimée de qui j'aime,
bien sure, bien sure.
Rire de rien, pleurer de tout 
rosir au moindre de tes soupirs
et glousser de plaisir.
Bien sure, oui c'est sure...
alors j'attrape au vol
les rêves et les paroles
et je suis la reine du bal
le phénomène dont on parle
etc..etc..etc..et cetera .....

MARIE ANGE MURCIA












vendredi 13 octobre 2017

JACQUES ET FRANCIS


Rien a dire de bien 
sur ce qui fait du mal.
Pagaille,
au plus profond de mes entrailles
ne me dit rien qui vaille.
Mais 
"ne me quittes pas 
je te parlerai, de ces amants là,
qui ont vu deux fois, 
leur cœur s'embraser, 
je te raconterai, l'histoire de ce roi,
mort de n'avoir pas, 
pu te rencontrer
ne me quittes pas, ne me quittes pas, ne me quittes pas ."(J. Brel)
les mots d'un autre ,
sur les maux d'une autre. 
Volage, je suis volage 
je vole de Brel en Cabrel
j’écoute leurs ritournelles
en écrivant 
au son de "la robe et l’échelle"
car, "quand on a que l'amour"....
mais,
et si on dormait sous les arbres le reste du temps..
comme... deux débutants..
...mais je rêve...
ahh.. , ça c'est Cabrel !!

MARIE ANGE MURCIA

BRIEVEMENT






Je les compte sur mes doigts
mes moments avec toi
et pourtant
quand on aime 
on ne compte pas.
Je songe et je ressonge,
au peu de toi
si peu,
qui ne fut que pour moi..

MARIE ANGE MURCIA

lundi 9 octobre 2017

VIVRE POUR VIVRE


Corps à corps 
cœur à cœur
pas à pas
œil pour œil
dent pour dent
face à face
ou dos à dos
à cent pour cent
ou sang pour sang
ou de pire en pire
c'est ainsi que je le sens.
Deux par deux,
il faut être deux  
pour être amoureux.
En tete à tete
joue contre joue
yeux dans les yeux
main dans la main
enfin vivre pour vivre quoi !!

MARIE ANGE MURCIA

samedi 7 octobre 2017

MEURTRIÈRE



Ce calme pure, 
qui dure, m'emmure.
Rien, par delà mon regard,
ne fera le mur.
En moi, un microclimat
se rit des tempêtes 
et du calme plat.
Je rêve encore, je rêve si fort,
de brèches autour d'un château fort,
allez, encore un petit effort.
Creuse, creuse encore
ou cette meurtrière si fine
en deviendra assassine...

MARIE ANGE MURCIA



lundi 18 septembre 2017

PREMONITION

Flavien Sempéré
18/09/17
je vais mourir demain
ce sera la fin
j'entends le tocsin.
Pour qui sonne le glas
n'est déjà plus là.
Je vais mourir demain,
comme on meurt de chagrin,
au petit matin,
seule dans mon coin.
Demain ou après demain
ou peut être, peut être meme,
qui sait... jamais, oui jamais
dans le cœur de ceux qui m'aiment...

MARIE ANGE MURCIA

mardi 12 septembre 2017

TIC ET TOC

Alexandre Balestra BALESTRA-ART.fr


Si tu savais c'que tu me manques.
si tu savais c'que tu me manques.
si tu savais c'que tu me manques.
Désolée j'ai le hoquet, 
ou pire mon disque est rayé,
je sursaute à chaque note
et je reprends du début à la fin
mon petit refrain,
ma musique,
mon syndrome de la Tourette. 
Mon tic ou mon toc
ça me rend dingue,
pourtant c'est vrai si tu savais ........
sans tic, sans toc tu m'manques.

MARIE ANGE MURCIA







lundi 11 septembre 2017

INDUBITABLEMENT

when a contestant on "so you think you can dance"

Inutiles impressions
ou vagues sensations
que reste t il de nos passions ?
Un baiser du bout des lèvres
et quelques suspicions,
quand d'autres se meurent pour un peu de bonheur,
avoir tout devient sans saveur.
La vie est un choix qui nous échoit.
La mort un sort qui nous endort. 
Mais l'amour, ah l'amour,
un bal dans les étoiles 
pour lequel on s'emballe.
Parfois on tombe si mal 
et le bal tourne mal
et l'amour tourne court ...

MARIE ANGE MURCIA



vendredi 1 septembre 2017

TRICHEUSE

Mateille 31 AOUT 2017

Dans ce silence qui domine ma peine
je voyage en solitaire
sans découvrir d'autres terres.
J'avance sans vacances
je veux dire vide et sans rien faire.
J'avance sans fringances
je veux dire vive et pétulante.
Je vous vois, vous entends, vous devine 
parallèles intouchables inavouables, 
alors je triche je suis en friche,
inutilisée, inutilisable.
Peu aimée, pas du tout aimable.
Sans raison ou raisonnable,
dans ce silence qui augmente ma peine
j'avance, je danse 
et quelques pirouettes me font perdre la tete.

MATIE ANGE MURCIA

samedi 26 août 2017

SANS PLOMB


Sans toi, 
le temps redevient un élément 
comme le silence ou le vent
ou la belle au bois dormant,
qui voyage pourtant 
en rêve tout simplement.
Ah! dire je t'aime 
serait un peu sans gène, 
alors se taire
c'est ce qu'il faut faire.
Je me tais, je me tais ... 
Lentement, reprend le mouvement,
avec rien dedans,
juste une habitude, un déplacement
et ce qu'il reste de sentiments 
comme carburant....


MARIE ANGE MURCIA




dimanche 20 août 2017

INVARIABLE

Wlad Safronow

Nous ne saurons jamais
ou passent nos années
dans ce gouffre puissant 
qui nous les prend.
Six pieds sous un cyprès, 
avalés par l'océan, 
oubliés des vivants.
Nos histoires de grands, 
déchargent péniblement nos rêves d'enfants.
Invariablement, moi je garde, 
tout ce qui ne se donne ni ne se prend.
Pendant cent, ou meme mille ans,
J'y puise, j'y creuse, 
sans date de péremption. 



MARIE ANGE MURCIA

lundi 14 août 2017

INAUDIBLE

Jean-Jacques Henner woman Reading

Toi qui vis loin d'ici,
et de mes soucis,
à travers mon âme, sais tu,
un monde existe.
Ici Sont d'autres mots, une seconde peau.
Des écrits, sans sons audibles, 
à lire de virgules en soupirs,
à n'y rien comprendre, à tout prendre,
de ligne en ligne 
comme un fil
d Ariane ou un Dédale.....

MARIE ANGE MURCIA



dimanche 6 août 2017

ORANGE


A travers un bout de voile orange
passe un bout de ciel étrange.
De mon lit ou plus rien ne dérange,
sous ce coin de voile soulevé
déjà l’été semble évaporé,
flambé, tamisé, expiré.
A travers ce voile orange 
je songe, 
je songe aux mensonges,
petites étincelles,
petites ritournelles,
rendant la vie plus belle....

MARIE ANGE MURCIA






mardi 1 août 2017

SAUVAGE


Dards et poignards rendent bagnards.
Je reste à l’état sauvage. 
Alors place, faites place.
Ici se trace,
d'une ligne fugace
avec un peu d'audace,
mon territoire dans l'espace.
Place prenez place,
vous, oui vous, là, 
jamais  ne m'en lasse,
qui m'embrasse, qui m'enlace...
Mais de vous, hélas, 
la moindre trace m'agace.
qui m’écœure, qui m’écœure.... 
Toujours à l’état sauvage,
de rages, d'orages, 
se glissent entre miroirs et images
fissures, blessures 
et tonnes de bavures  .....

MARIE ANGE MURCIA
















dimanche 30 juillet 2017

REGRETS


Passons, allez,
dépassons, outrepassons ou trépassons,
avec désinvolture, soudés de blessures.
Vêtus, 
d'inconstances ou de persistances,
d'inconvenances ou de bienséances, 
chaussés et bien chaussés, 
de regrets muets,
remués, diminués, surmenés.
Obséquieux souvent belliqueux,  
valeureux autant que malheureux,
libidineux, désireux, presque vicieux,
mais surtout, avant tout, plus que tout 
aventureux, talentueux, savoureux délicieux
pour aveux, pas meme vœux. 
Ecrit, par une, pas moureuse 
seulement une, inutilement amoureuse....


MARIE ANGE MURCIA

samedi 15 juillet 2017

MÉCOMPTE

H. MATISSE Odalisque au pantalon rouge

Les histoires qui se racontent
deviennent des contes.
A part ça, tout va bien.
Tout s'en va,
personne ne revient,
mais tous s'en souviennent.
Ici rien qui retienne....
Le monde s'estompe 
d'un revers de main,
ou d'un regard assassin,
ainsi font, refont et font 
les erreurs du hasard
bien pleines de peines 
trop souvent miennes ...

MARIE ANGE MURCIA





jeudi 13 juillet 2017

SACRE CŒUR

Von Dongen

Accepter, 
        n’être qu'un instant,
                    un passage, un nuage,
                         une fragrance, 
                                un air ou une danse.
                    Un moment intense....
Se faufiler, 
          comme une errance... 
                       Se frôler, se serrer
                                 pour une minute de cadence .
Entendre, 
          le bruit de ses pas
                           et enfin croire, 
                                     en une éternelle samba.....


                   MARIE ANGE MURCIA







samedi 1 juillet 2017

AU CLOU


A un cou
comme à un clou
accroche cœur, petite virgule,
en balance
comme d'autres s'en balancent, 
pendue à un cou
presque à genoux,
soumise éteinte 
à demi plainte
un peu sans teinte
pleine de cris 
un peu sans vie
peut être sans envie
au clou
pas meme à un cou .......

MARIE ANGE MURCIA

mardi 20 juin 2017

EXIL

Antoon Van Welie or Van Wely

Penchée
lourde de mes penchants.
Basculante
à la renverse comme on se verse,
évidée, c'est évident, évidement.
Arrangeante, autant que dérangeante,
blessée, délaissée mais forte,
inutile que l'on me porte.
J'abandonne et je donne
mes dons mes pardons,
mes coffres,
mon miroir, mes armoires, mes espoirs
et je me relègue
dans un exil, une terre d’asile 
terne, éteinte presque sans teinte
loin tres loin, hors d'atteinte .....

MARIE ANGE MURCIA



samedi 17 juin 2017

VENTRILOQUE


Ventriloque,
porte parole,
je parle, je marmonne,
comme d'autres suffoquent.
Je récite avec mes tripes,
je triche comme je respire.
Un peu marionnettiste
un peu illusionniste
je sème la pagaille dans mes entrailles.
Ventriloque,
à la bouche muette
au ventre pipelette....

MARIE ANGE MURCIA



vendredi 9 juin 2017

PLAIRE


Sans atour depuis toujours,
dans l'ombre,
mon regard n'a plus droit au hasard.
Peu importe l'espace que l'on se donne,
pourvu que l'esprit vagabonde.
On peut jouer, aux souhaits, aux regrets,
faire rebondir tous nos soupirs,
Passer du temps avec d'autres amants,
et croire en l’histoire, même d'un soir.
Mais restons enfants un instant,
voire sans se faire voire 
regarder passer nos parents,
se prendre par la main comme des grands.
Serrés, en secret,
à l'abri des regards indiscrets
comme si de rien n’était.
Parcourir le moindre de nos désirs
avec plaisir, pour le plaisir,
faire semblant d’être indifférents,
se frôler et résister à la tentation
et plaire, plaire, pour mieux se plaire .....


MARIE ANGE MURCIA

mercredi 7 juin 2017

90 YEARS


 L'indifférence
nous rend dépendant de l'absence,
tout est mieux en d'autres lieux.
Ici, ici se meurent nos aïeux
sous l’œil écœuré de la parenté,  
c'est ainsi que se jettent des sorts 
se maudissent les princes consorts .
J'accompagne au bagne,
là ou l'injustice fait justice,
à la petite cuillère
de mille et une manières
en mille et une nuits
sans bruit, dans l'oublie,
celle dont je suis le fruit.
je reste abasourdie
de tant de dénie. 
Ici, ici se passe la vie 
se meurent les envies
se moquent les enfants chéris.
ici, ici se vit mon propre oublie 
notre lente agonie....
Happy Birthday Mom...!!

MARIE ANGE MURCIA

mardi 6 juin 2017

VALSEUSE



Pascal LAZZAROTTI  valse rouge de taffetas et dentelles
Espoir,
tout mon avoir, tout mon savoir.
Rêves,
avec miel et gouttes de soleil,
sourire de mes immortels.
Je parle, j’écris,
ça fait mal, ça pousse des cris,
paroles et musiques,
textes tout est dit.
Longue mélodie aux airs favoris 
va et vient de ma folie.
Longue maladie 
aux rêves interdits 
immense parodie ...
Et j'enfile mes bas,
mon costume de Diva,
et c'est parti pour un tour, 
des détours, 
une petite valse avec mon amour.

MARIE ANGE MURCIA










lundi 5 juin 2017

TOURMENTE


C'est la frousse,
Sans cesse à mes trousses,
toumente glaciaire Jean-Claude MONACELLI
comme une course
qui me prend, me surprend 
me démène, me surmène.
Laissez moi passer, je suis pressée
un peu perdue, éperdue,
éperdument amoureuse,
écartelée entre rêve et réalité.
laissez moi passer, je suis pressée
volante, virevoltante
emportée, déportée
secrètement, comme une amante.
Une véritable tourmente... 
Laissez moi passer, pressée, je suis si pressée...


MARIE ANGE MURCIA

mercredi 31 mai 2017

CRISIS



Flaming June by Lord Frédéric Leighton

Je fredonne
le temps est à l'automne.
Je frissonne
est ce le froid ou l’émoi
ou juste le poids du désarroi?
non non rien de tout cela.
Juste un matin éteint,
de trêve, de gréve ou de rêve.
Etalée, sans vie  et sans envie,
je m’étonne,
le temps est à l'automne.
Sans toi ou sans soleil
c'est bien pareil,
je me goinfre de sommeil.
Epuisée de dormir
je fais un effort pour écrire,
mais mon plaisir pèse trois tonnes de désirs
et trois de soupirs.
Je m’épuise, je m’épuise
à soulever mon âme et toutes ses crises.

MARIE ANGE MURCIA

samedi 27 mai 2017

Andrea Bocelli - Momentos - Live From Lake Las Vegas Resort, USA / 2006







A mi Amor  ....... A mon Amour  ........ For my Love ......... Para meu Amor.....;

                                                                            MARIE ANGE MURCIA

jeudi 25 mai 2017

C'EST PHYSIQUE


Je n'ai plus le cœur à ça
il bat il bat il va à tout va.
Ce n'est pas son chemin
il revient sur ses pas,
se retourne en vain.
Cet espace, ce temps,
Einstein n'avait pas prevu cela
la gravité dans tous ses etats,
cette équation, mon tourment.
Ces mathématiques excentriques.
Mon regard, est cent fois plus profond
que la noirceur d'un océan,
mon amour, cent fois plus léger
que la plume au vent.
Je peux m'envoler,
traverser en un instant,
pour atteindre les mille et un degrés
d'un seul de tes baisers,
sans me consumer ni me désintégrer... 
Physiciens planchez sur l'amour,
vous y découvrirez le secret de l’éternité ....

MARIE ANGE MURCIA

mercredi 24 mai 2017

D’OÙ ...

Si il fallait écrire tous ces moments
qui  aident à vivre,
je passerais ma vie durant devant mon écran.
J’écris cependant quotidiennement,
les mots glissent lentement.
Mais de quel coté soufflera le vent ?
quelle fenêtre,
quel volet battant
attirera mon attention?
d'ou, oui d'ou se faufilera cette brise légère
porteuse de sentiments....

MARIE ANGE MURCIA



mardi 23 mai 2017

MOROSE


Féroce, atroce
silence encore silence,
totale indifférence 
qui transperce et prend de force.
Cruel , virtuel, clandestin, 
sera le chemin,
sauvage, anthropophage, sans partage,
sera le festin.

MARIE ANGE MURCIA

Si la réalité dépasse un jour mes rêves,
là seulement là je croirai en elle...





lundi 15 mai 2017

MINUIT

Se rejoindre 
en promenade au bord des rêves
à l'abri des étoiles et du ciel,
se regarder dormir,
chacun propriétaire de son empire.
Esprits libres, refermons nos bibles
et tous nos sacrés guides... 
A tâtons, rampons le long de nos désillusions,
voir, dansant dans le noir, tous nos démons.
Regarde, vite, regarde, 
ils préparent une évasion.
Franchissant la raison, 
sautant les interdictions,
bravant le firmament.
Partons, allez viens, partons,  
sans lune ils n'y verront que du feu 
et puis sérieux, 
contre eux nous seront deux..

MARIE ANGE MURCIA

dimanche 14 mai 2017

INSTANTANÉ




Cœur à cœur,
lèvres à lèvres,
corps à corps,
sans peur,
c'est à peine si je peux respirer encore.
Ta main me touche,
caressant le contour
de mes reins de mon sein,
plus rien ne me retient,
mes jambes ne servent plus à rien.
Clouée sur cette porte,
seul, ton souffle me porte.

MARIE ANGE MURCIA


vendredi 12 mai 2017

ATTRACTION



Je prends en charge 
le poids de nos émois.
Je me charge
des raisons de nos passions. 
Dans cet entre deux mondes
nous transgressons, enfreignons,
tabous et religions.
Réinventons, 
illusions désirs et sensations. 
Entre distance et silence
aucune légitimité, je sais,
mais toujours cette envie 
de nous enlacer,
bercer, embrasser, caresser,
ou juste, juste nous frôler   ....


MARIE ANGE MURCIA




jeudi 11 mai 2017

PSYCHOTHERAPIA

Lorsque mon nom sera une place,
mon âme dans l'espace,
mon cœur à la science
mon corps sans conscience,
qui, remarquera mon absence?
Là sera toute ma différence
mes écrits feront de la résistance.
Lus et relus, 
pour en comprendre le sens ....
Point tant de mal,
comprenez : 
Ma plume active mon poumon d'acier,
mon air pour respirer.
Parfois je suffoque
lorsque ma muse s'en moque. 
Je souffle si court et si fort, 
que je m'en sors.
Parfois me démangent mes songes,
j'en fabrique des mensonges.
C'est ainsi que j’écris 
pour un amour pour un mépris.
Si ma main tremble encore,
c'est quelle jette des sorts,
si ma main tremble ainsi
c'est qu'elle tire l'aiguille 
mes mots reprisant ma peau  ......

MARIE ANGE MURCIA




lundi 8 mai 2017

L'AMANTE


Pour voler au dessus de ta vie
il faudrait que je sache ou se trouve ton nid.
T'apercevoir autrement que dans un miroir.
Installée prés de ta porte d'entrée,
à l'abri des regards indiscrets,
sous mes lunettes noires
se cache mon regard.
Fixant des heures durant,
le flux incessant des allants et venants
avec cette patience des statues de marbre blanc.
Te voire, t'approcher, te toucher
en être pétrifier.
je reste donc a distance 
naturellement assise sur un banc
languissante,
comme seules savent attendre les amantes .

MARIE ANGE MURCIA





dimanche 7 mai 2017

HOMBRE

Que paso hoy me lo pregunto que paso. 
Al leer suenan tantas cosas
un encanto, un llanto
y unas cuantas palabras. 
Amor prohibido,
deseo emocional.....
Somos dos pajaros sin alas...
Pajera desaparejada
hechos de recuerdos 
suenos y ternura.
Que paso hoy 
me lo pregunto que paso. 
Tu voz quiero oir tu voz mas
tu mano, tomar tu mano otra vez.
Sin miedo sin dudas...
Hombre, pero hombre
acercate, mas cerca, cerquita
hablame, diciendome, suavemente, 
como siempre
todo lo que tanto escribiste
tan lejos de mi
apretandome el corazon
y dejandome sin razon  .....

MARIE ANGE MURCIA


HOMME
que s'est il passé
aujourd'hui je me le demande 
que s'est il passé
en relisant tant de choses résonnent:
un enchantement, des pleurs
et quelques mots.
Amour prohibé, désir émotionnel..
nous sommes 
deux oiseaux sans nos ailes
un couple désaccouplé 
fait de souvenirs, rêves et tendresse
que s'est il passé
aujourd'hui je me le demande
que s'est il passé.
Ta voix 
je veux encore entendre ta voix.
Ta main 
prendre ta main une fois de plus. 
Sans peur, sans aucun doute.
Homme, je t'en prie homme
rapproche toi, plus prés, très prés.
Parle moi, pour me dire tendrement
comme toujours,
tout ce que tu as tellement écrit
si loin de moi,
tout ce qui me serre le cœur
et me laisse sans raison.

MARIE ANGE MURCIA


samedi 6 mai 2017

BAISSE DE TENSION

Diane Leonard




Alors comme ça tu ne me lis plus....
Si toi plus lire
moi plus écrire.
Si toi plus rire
moi en mourir.
Si toi partir
moi souffrir.
Mais si toi lire
moi sourire,
moi rêver 
encore rêver toujours rêver...

(écrit cette nuit)

MARIE ANGE MURCIA

dimanche 23 avril 2017

POUSSIÈRE

poussière etoiles Ludovic Florent

Fragile, fragile
faite d'argile.
Poussière encore poussière
mue par l'air,
je me dépose 
là ou parfois tu lis ma prose.
Je me faufile  
entre les mots et les "bravo"
des heures accrochée à un "o".
Sourde, muette,
seul le souffle des feuilles feuilletées,
me soulève me promène 
sur mille et un parfums
essences de pays lointains....

MARIE ANGE MURCIA 

vendredi 21 avril 2017

LE MEPRIS



Je préfère penser 
m’être retirée, isolée, désocialisée,
plutôt que de croire un seul instant 
que l'on m'a abandonné, laissé tomber, oublié .
Je préfère penser:
"je n'aime plus personne,
sans me dire "on ne m'aime pas
ou plus ou pas plus ou jamais plus".
La vie est un choix. 
Mon choix c'est rêver,
plutôt que me faire piétiner.
Un jour mon père m'a dit:
"prends bien garde que l'on ne se serve de toi comme paillasson " 
il avait raison, mais loin d'imaginer la réalité
et l'identité de ceux qui le feraient...
J'ai toujours accordé la liberté à ceux que j'aimais,
sans la leur ôter au moindre moment de doute.
Toujours en retrait,
et de retrait en retrait, 
certains ont meme pensé :
" cette illettrée désintéressée sans intérêt, 
bonne à tout faire, bonne à jeter .... 
bonne à tout faire bonne à...;
bonne à tout .. 
ou simplement bien trop bonne d'accepter.... 

MARIE ANGE MURCIA



mercredi 19 avril 2017

MOMENTO

Moment fragile, émouvant
suspendu dans le temps.
Monde parallèle,  irréel.
Instant nature sans fioriture,
inespéré, presque parfait,
fort en accords.
Urgence immense sans indulgence,
passage étroit d'une seconde naissance,
pour un tour complet de la terre et de ses secrets.
Feu de paille illuminant notre grisaille.

MARIE ANGE MURCIA



mercredi 12 avril 2017

DOMMAGES


Maquillée en trottoir
on me piétine sans me voir.
Déguisée en couloir
on me bouscule dans le noir.
Ma voix raye les murs.
Je reste perplexe.
De ce peu d'attention,
très souvent, je me vexe.
Je me retire,
pour laisser à l'espace
le temps et la place.
Je me range de ce monde étrange
qui tant ou si peu, dérange.

MARIE ANGE MURCIA

mardi 4 avril 2017

SERAIL


Lelia 1892 Sir Franck Dicksee
Goutte à goutte et quelques gouttes 
nitroglycérine ou charme indicible,
explosent, décomposent
se transforment en prose
ça bouillonne, ça résonne.
N'arrivent jusqu'ici 
sinon ceux dont tu es éprise,
ceux qui se sont pris
dans les mailles de ton sérail.
Tu observes, tu détailles à travers ton vitrail.
dans le dédale de tes salles
l'ennuie s'installe ....
ici plus rien
qui puisse faire du bien
pas meme la cour
par manque de temps ou autre amour...

MARIE ANGE MURCIA