Pages

samedi 15 juillet 2017

MÉCOMPTE

H. MATISSE Odalisque au pantalon rouge

Les histoires qui se racontent
deviennent des contes.
A part ça, tout va bien.
Tout s'en va,
personne ne revient,
mais tous s'en souviennent.
Ici rien qui retienne....
Le monde s'estompe 
d'un revers de main,
ou d'un regard assassin,
ainsi font, refont et font 
les erreurs du hasard
bien pleines de peines 
trop souvent miennes ...

MARIE ANGE MURCIA





jeudi 13 juillet 2017

SACRE CŒUR

Von Dongen

Accepter, 
        n’être qu'un instant,
                    un passage, un nuage,
                         une fragrance, 
                                un air ou une danse.
                    Un moment intense....
Se faufiler, 
          comme une errance... 
                       Se frôler, se serrer
                                 pour une minute de cadence .
Entendre, 
          le bruit de ses pas
                           et enfin croire, 
                                     en une éternelle samba.....


                   MARIE ANGE MURCIA







samedi 1 juillet 2017

AU CLOU


A un cou
comme à un clou
accroche cœur, petite virgule,
en balance
comme d'autres s'en balancent, 
pendue à un cou
presque à genoux,
soumise éteinte 
à demi plainte
un peu sans teinte
pleine de cris 
un peu sans vie
peut être sans envie
au clou
pas meme à un cou .......

MARIE ANGE MURCIA

mardi 20 juin 2017

EXIL

Antoon Van Welie or Van Wely

Penchée
lourde de mes penchants.
Basculante
à la renverse comme on se verse,
évidée, c'est évident, évidement.
Arrangeante, autant que dérangeante,
blessée, délaissée mais forte,
inutile que l'on me porte.
J'abandonne et je donne
mes dons mes pardons,
mes coffres,
mon miroir, mes armoires, mes espoirs
et je me relègue
dans un exil, une terre d’asile 
terne, éteinte presque sans teinte
loin tres loin, hors d'atteinte .....

MARIE ANGE MURCIA



samedi 17 juin 2017

VENTRILOQUE


Ventriloque,
porte parole,
je parle, je marmonne,
comme d'autres suffoquent.
Je récite avec mes tripes,
je triche comme je respire.
Un peu marionnettiste
un peu illusionniste
je sème la pagaille dans mes entrailles.
Ventriloque,
à la bouche muette
au ventre pipelette....

MARIE ANGE MURCIA



vendredi 9 juin 2017

PLAIRE


Sans atour depuis toujours,
dans l'ombre,
mon regard n'a plus droit au hasard.
Peu importe l'espace que l'on se donne,
pourvu que l'esprit vagabonde.
On peut jouer, aux souhaits, aux regrets,
faire rebondir tous nos soupirs,
Passer du temps avec d'autres amants,
et croire en l’histoire, même d'un soir.
Mais restons enfants un instant,
voire sans se faire voire 
regarder passer nos parents,
se prendre par la main comme des grands.
Serrés, en secret,
à l'abri des regards indiscrets
comme si de rien n’était.
Parcourir le moindre de nos désirs
avec plaisir, pour le plaisir,
faire semblant d’être indifférents,
se frôler et résister à la tentation
et plaire, plaire, pour mieux se plaire .....


MARIE ANGE MURCIA

mercredi 7 juin 2017

90 YEARS


 L'indifférence
nous rend dépendant de l'absence,
tout est mieux en d'autres lieux.
Ici, ici se meurent nos aïeux
sous l’œil écœuré de la parenté,  
c'est ainsi que se jettent des sorts 
se maudissent les princes consorts .
J'accompagne au bagne,
là ou l'injustice fait justice,
à la petite cuillère
de mille et une manières
en mille et une nuits
sans bruit, dans l'oublie,
celle dont je suis le fruit.
je reste abasourdie
de tant de dénie. 
Ici, ici se passe la vie 
se meurent les envies
se moquent les enfants chéris.
ici, ici se vit mon propre oublie 
notre lente agonie....
Happy Birthday Mom...!!

MARIE ANGE MURCIA

mardi 6 juin 2017

VALSEUSE



Pascal LAZZAROTTI  valse rouge de taffetas et dentelles
Espoir,
tout mon avoir, tout mon savoir.
Rêves,
avec miel et gouttes de soleil,
sourire de mes immortels.
Je parle, j’écris,
ça fait mal, ça pousse des cris,
paroles et musiques,
textes tout est dit.
Longue mélodie aux airs favoris 
va et vient de ma folie.
Longue maladie 
aux rêves interdits 
immense parodie ...
Et j'enfile mes bas,
mon costume de Diva,
et c'est parti pour un tour, 
des détours, 
une petite valse avec mon amour.

MARIE ANGE MURCIA










lundi 5 juin 2017

TOURMENTE


C'est la frousse,
Sans cesse à mes trousses,
toumente glaciaire Jean-Claude MONACELLI
comme une course
qui me prend, me surprend 
me démène, me surmène.
Laissez moi passer, je suis pressée
un peu perdue, éperdue,
éperdument amoureuse,
écartelée entre rêve et réalité.
laissez moi passer, je suis pressée
volante, virevoltante
emportée, déportée
secrètement, comme une amante.
Une véritable tourmente... 
Laissez moi passer, pressée, je suis si pressée...


MARIE ANGE MURCIA

mercredi 31 mai 2017

CRISIS



Flaming June by Lord Frédéric Leighton

Je fredonne
le temps est à l'automne.
Je frissonne
est ce le froid ou l’émoi
ou juste le poids du désarroi?
non non rien de tout cela.
Juste un matin éteint,
de trêve, de gréve ou de rêve.
Etalée, sans vie  et sans envie,
je m’étonne,
le temps est à l'automne.
Sans toi ou sans soleil
c'est bien pareil,
je me goinfre de sommeil.
Epuisée de dormir
je fais un effort pour écrire,
mais mon plaisir pèse trois tonnes de désirs
et trois de soupirs.
Je m’épuise, je m’épuise
à soulever mon âme et toutes ses crises.

MARIE ANGE MURCIA

samedi 27 mai 2017

Andrea Bocelli - Momentos - Live From Lake Las Vegas Resort, USA / 2006







A mi Amor  ....... A mon Amour  ........ For my Love ......... Para meu Amor.....;

                                                                            MARIE ANGE MURCIA

jeudi 25 mai 2017

C'EST PHYSIQUE


Je n'ai plus le cœur à ça
il bat il bat il va à tout va.
Ce n'est pas son chemin
il revient sur ses pas,
se retourne en vain.
Cet espace, ce temps,
Einstein n'avait pas prevu cela
la gravité dans tous ses etats,
cette équation, mon tourment.
Ces mathématiques excentriques.
Mon regard, est cent fois plus profond
que la noirceur d'un océan,
mon amour, cent fois plus léger
que la plume au vent.
Je peux m'envoler,
traverser en un instant,
pour atteindre les mille et un degrés
d'un seul de tes baisers,
sans me consumer ni me désintégrer... 
Physiciens planchez sur l'amour,
vous y découvrirez le secret de l’éternité ....

MARIE ANGE MURCIA

mercredi 24 mai 2017

D’OÙ ...

Si il fallait écrire tous ces moments
qui  aident à vivre,
je passerais ma vie durant devant mon écran.
J’écris cependant quotidiennement,
les mots glissent lentement.
Mais de quel coté soufflera le vent ?
quelle fenêtre,
quel volet battant
attirera mon attention?
d'ou, oui d'ou se faufilera cette brise légère
porteuse de sentiments....

MARIE ANGE MURCIA



mardi 23 mai 2017

MOROSE


Féroce, atroce
silence encore silence,
totale indifférence 
qui transperce et prend de force.
Cruel , virtuel, clandestin, 
sera le chemin,
sauvage, anthropophage, sans partage,
sera le festin.

MARIE ANGE MURCIA

Si la réalité dépasse un jour mes rêves,
là seulement là je croirai en elle...





lundi 15 mai 2017

MINUIT

Se rejoindre 
en promenade au bord des rêves
à l'abri des étoiles et du ciel,
se regarder dormir,
chacun propriétaire de son empire.
Esprits libres, refermons nos bibles
et tous nos sacrés guides... 
A tâtons, rampons le long de nos désillusions,
voir, dansant dans le noir, tous nos démons.
Regarde, vite, regarde, 
ils préparent une évasion.
Franchissant la raison, 
sautant les interdictions,
bravant le firmament.
Partons, allez viens, partons,  
sans lune ils n'y verront que du feu 
et puis sérieux, 
contre eux nous seront deux..

MARIE ANGE MURCIA

dimanche 14 mai 2017

INSTANTANÉ




Cœur à cœur,
lèvres à lèvres,
corps à corps,
sans peur,
c'est à peine si je peux respirer encore.
Ta main me touche,
caressant le contour
de mes reins de mon sein,
plus rien ne me retient,
mes jambes ne servent plus à rien.
Clouée sur cette porte,
seul, ton souffle me porte.

MARIE ANGE MURCIA


vendredi 12 mai 2017

ATTRACTION



Je prends en charge 
le poids de nos émois.
Je me charge
des raisons de nos passions. 
Dans cet entre deux mondes
nous transgressons, enfreignons,
tabous et religions.
Réinventons, 
illusions désirs et sensations. 
Entre distance et silence
aucune légitimité, je sais,
mais toujours cette envie 
de nous enlacer,
bercer, embrasser, caresser,
ou juste, juste nous frôler   ....


MARIE ANGE MURCIA




jeudi 11 mai 2017

PSYCHOTHERAPIA

Lorsque mon nom sera une place,
mon âme dans l'espace,
mon cœur à la science
mon corps sans conscience,
qui, remarquera mon absence?
Là sera toute ma différence
mes écrits feront de la résistance.
Lus et relus, 
pour en comprendre le sens ....
Point tant de mal,
comprenez : 
Ma plume active mon poumon d'acier,
mon air pour respirer.
Parfois je suffoque
lorsque ma muse s'en moque. 
Je souffle si court et si fort, 
que je m'en sors.
Parfois me démangent mes songes,
j'en fabrique des mensonges.
C'est ainsi que j’écris 
pour un amour pour un mépris.
Si ma main tremble encore,
c'est quelle jette des sorts,
si ma main tremble ainsi
c'est qu'elle tire l'aiguille 
mes mots reprisant ma peau  ......

MARIE ANGE MURCIA




lundi 8 mai 2017

L'AMANTE


Pour voler au dessus de ta vie
il faudrait que je sache ou se trouve ton nid.
T'apercevoir autrement que dans un miroir.
Installée prés de ta porte d'entrée,
à l'abri des regards indiscrets,
sous mes lunettes noires
se cache mon regard.
Fixant des heures durant,
le flux incessant des allants et venants
avec cette patience des statues de marbre blanc.
Te voire, t'approcher, te toucher
en être pétrifier.
je reste donc a distance 
naturellement assise sur un banc
languissante,
comme seules savent attendre les amantes .

MARIE ANGE MURCIA





dimanche 7 mai 2017

HOMBRE

Que paso hoy me lo pregunto que paso. 
Al leer suenan tantas cosas
un encanto, un llanto
y unas cuantas palabras. 
Amor prohibido,
deseo emocional.....
Somos dos pajaros sin alas...
Pajera desaparejada
hechos de recuerdos 
suenos y ternura.
Que paso hoy 
me lo pregunto que paso. 
Tu voz quiero oir tu voz mas
tu mano, tomar tu mano otra vez.
Sin miedo sin dudas...
Hombre, pero hombre
acercate, mas cerca, cerquita
hablame, diciendome, suavemente, 
como siempre
todo lo que tanto escribiste
tan lejos de mi
apretandome el corazon
y dejandome sin razon  .....

MARIE ANGE MURCIA


HOMME
que s'est il passé
aujourd'hui je me le demande 
que s'est il passé
en relisant tant de choses résonnent:
un enchantement, des pleurs
et quelques mots.
Amour prohibé, désir émotionnel..
nous sommes 
deux oiseaux sans nos ailes
un couple désaccouplé 
fait de souvenirs, rêves et tendresse
que s'est il passé
aujourd'hui je me le demande
que s'est il passé.
Ta voix 
je veux encore entendre ta voix.
Ta main 
prendre ta main une fois de plus. 
Sans peur, sans aucun doute.
Homme, je t'en prie homme
rapproche toi, plus prés, très prés.
Parle moi, pour me dire tendrement
comme toujours,
tout ce que tu as tellement écrit
si loin de moi,
tout ce qui me serre le cœur
et me laisse sans raison.

MARIE ANGE MURCIA


samedi 6 mai 2017

BAISSE DE TENSION

Diane Leonard




Alors comme ça tu ne me lis plus....
Si toi plus lire
moi plus écrire.
Si toi plus rire
moi en mourir.
Si toi partir
moi souffrir.
Mais si toi lire
moi sourire,
moi rêver 
encore rêver toujours rêver...

(écrit cette nuit)

MARIE ANGE MURCIA

dimanche 23 avril 2017

POUSSIÈRE

poussière etoiles Ludovic Florent

Fragile, fragile
faite d'argile.
Poussière encore poussière
mue par l'air,
je me dépose 
là ou parfois tu lis ma prose.
Je me faufile  
entre les mots et les "bravo"
des heures accrochée à un "o".
Sourde, muette,
seul le souffle des feuilles feuilletées,
me soulève me promène 
sur mille et un parfums
essences de pays lointains....

MARIE ANGE MURCIA 

vendredi 21 avril 2017

LE MEPRIS



Je préfère penser 
m’être retirée, isolée, désocialisée,
plutôt que de croire un seul instant 
que l'on m'a abandonné, laissé tomber, oublié .
Je préfère penser:
"je n'aime plus personne,
sans me dire "on ne m'aime pas
ou plus ou pas plus ou jamais plus".
La vie est un choix. 
Mon choix c'est rêver,
plutôt que me faire piétiner.
Un jour mon père m'a dit:
"prends bien garde que l'on ne se serve de toi comme paillasson " 
il avait raison, mais loin d'imaginer la réalité
et l'identité de ceux qui le feraient...
J'ai toujours accordé la liberté à ceux que j'aimais,
sans la leur ôter au moindre moment de doute.
Toujours en retrait,
et de retrait en retrait, 
certains ont meme pensé :
" cette illettrée désintéressée sans intérêt, 
bonne à tout faire, bonne à jeter .... 
bonne à tout faire bonne à...;
bonne à tout .. 
ou simplement bien trop bonne d'accepter.... 

MARIE ANGE MURCIA



mercredi 19 avril 2017

MOMENTO

Moment fragile, émouvant
suspendu dans le temps.
Monde parallèle,  irréel.
Instant nature sans fioriture,
inespéré, presque parfait,
fort en accords.
Urgence immense sans indulgence,
passage étroit d'une seconde naissance,
pour un tour complet de la terre et de ses secrets.
Feu de paille illuminant notre grisaille.

MARIE ANGE MURCIA



mercredi 12 avril 2017

DOMMAGES


Maquillée en trottoir
on me piétine sans me voir.
Déguisée en couloir
on me bouscule dans le noir.
Ma voix raye les murs.
Je reste perplexe.
De ce peu d'attention,
très souvent, je me vexe.
Je me retire,
pour laisser à l'espace
le temps et la place.
Je me range de ce monde étrange
qui tant ou si peu, dérange.

MARIE ANGE MURCIA

mardi 4 avril 2017

SERAIL


Lelia 1892 Sir Franck Dicksee
Goutte à goutte et quelques gouttes 
nitroglycérine ou charme indicible,
explosent, décomposent
se transforment en prose
ça bouillonne, ça résonne.
N'arrivent jusqu'ici 
sinon ceux dont tu es éprise,
ceux qui se sont pris
dans les mailles de ton sérail.
Tu observes, tu détailles à travers ton vitrail.
dans le dédale de tes salles
l'ennuie s'installe ....
ici plus rien
qui puisse faire du bien
pas meme la cour
par manque de temps ou autre amour...

MARIE ANGE MURCIA
























mercredi 29 mars 2017

ÉOLIENNE

Sautillante, tourbillonnante,
par les rues chargées de vent,
flottante, jupes en avant,
coiffure au tout venant,
passante du canal
portée par les rafales,
Ici, c'est ainsi,
vent soufflant avec acharnement.
par ici c'est ainsi,
ventée, soulevée, envolée,
sereine,
l'éolienne sera reine.

MARIE ANGE MURCIA

mardi 28 mars 2017

CONTE SANS FÉE

Me voilà face au vide
je le savais je l'attendais
pourtant mes mots ne sont pas de gros mots, 
ils expriment un état conscient, de rêves aussi. 
On ne refait pas le chemin à l'envers, 
mais lorsque l'on parle du passé,
c'est au présent que l'on s'adresse.
Le partage de mirages 
reste de loin ma plus belle réalité, 
là, se pose la question qui doit on remercier? 
le destin, le hasard, Dieu ou tous ses saints ?
peut être tous ou bien aucun ..
Une suite illogique de sentiments logiques.
Ma vie dans le désordre, rien au bon moment,
comme une machine emballée ne sachant ou aller.
Je regarde cela comme un explorateur,
curieuse de savoir pourquoi moi 
et qui, que, quoi, donc, ou.
Ma vie anormale, 
pas comme celle de toutes ces dames,
sans me pâmer, 
ni trouver de l'extraordinaire dans le normal.  
D'allergies je n'ai que la bêtise humaine ....
Parfois ça gratte fort.
alors j'emprunte quelques sentiers pour m’éloigner.
Ne pouvant changer ma réalité, 
j'en accepte les miettes, faites de virtualités,
un peu aléatoires sans histoire.
Je reste invisible, depuis toujours invisible.
Proie facile, j'ai fait le régal de quelques vautours.
j'ai eu cette chance, comme une seconde noce,
d'approcher mes rêves premiers.
J'ai pu comme dans les contes de fées,
rencontrer mon prince charmant.
Blanche neige ou la belle au bois dormant,
peu importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse.
Je suis ivre de cette ivresse qui fait les princesses.
Un peu surnaturelle, je traverse les siècles.
Peinte et repeinte, écrite et décrite,
chantée, enchantée ou désenchantée.. 
J'accuse ma muse de faire la pluie et le beau temps. 
Aujourd'hui il pleut sur mon printemps.....

MARIE ANGE MURCIA





lundi 27 mars 2017

SOMNOLENCE


Sur tes lèvres sur mes mains,
dans la pénombre,
le jour chassant ton ombre,
revient le matin.
De ce soleil qui tombera,
à la nuit qui s'en suivra,
je serai là, 
baillant dans mes songes,
essuyant d'un revers de main, 
le sommeil qui me retient,
l'amour qui m'en souvient,
le peu de partage qui m'en revient...

MARIE ANGE MURCIA



mardi 21 mars 2017

UN PEU DE MOI

Libre,
de toutes falsifications,
de toutes érotisations,
de toutes manipulations.
Libre aussi,
de mes idées de mes envies
de mes nuits d’écrits
sans cris sans dépits sans jalousie
et mes jours aussi.
Je suis libre, oui libre,
d'aimer qui je veux ou je veux quand je veux
meme si il ne reste de moi que très peu.
On me dit seule, je le suis,
c'est ma garantie, mon harmonie
on me dit fier je le suis
on me dit sauvage je le suis
on dit, on dit,
mais, mais taisez vous donc!
la liberté, la liberté, j'en connais le prix....
Aussi....

MARIE ANGE MURCIA







lundi 20 mars 2017

BRUNE, BRUNETTE

aussi sombre que mon ombre

Brune, taciturne
aussi sombre que son ombre.
Rêveuse et ténébreuse.
Brune si brune,
le cheveux noir sans espoirs,
la peau couleur de désespoir.
De saveurs à cœur,
gouttes d'anis
de réglisse ou de pastis.
Odeurs de champs de fleurs
muguet et reine des prés.
Brune, brunette 
le printemps est une fête. 
Brune, brunette
à faire tourner des têtes,
aux saveurs affolantes, 
aux odeurs enivrantes....

MARIE ANGE MURCIA 










dimanche 19 mars 2017

LEYENDA



Longtemps, si longtemps
portée transportée
par la simple idée que tu existais.
Longtemps, trop longtemps
levée contre vents et marées
pour continuer à exister.
Depuis peu, c'est peu, si peu
je sus que tu existais, c'est vrai.
Cœur apaisé.
Avec quelques clefs,
j'ouvre, je ferme à volonté.
J’aère.  
Je laisse tourbillonner quelques feuillets,
ceux sur lesquels 
sont écrites toutes mes pensées.
Rêves inachevés.
Un peu griffés si bien conservés.
Une légende est née.
Hier, oui hier encore, je me la racontais.

MARIE ANGE MURCIA

Depuis toujours

mercredi 8 mars 2017

COQUIN DE SORT

      
Romancer, embellir 
trouver le point de départ.
Sont ce les rues 
d'Aix, Marseille, Alger, Oran?
A quel moment 
mon âme fut elle bouleversée
au point de tout chambouler ?
Ce n'est pas d'avoir été blessée
sinon de l'avoir toujours été au meme endroit,
avec acharnement comme une cible
et me voilà hypersensible.
Ah! mon cœur muscle infatigable,
Ah! mon âme grande Dame,
que serais je sans vous?
je prends feu au moindre regard,
je me grille, je me consume 
face à mon infortune.
J'assiste à ma vie
premier rang à gauche de mon tourment 
j'applaudis là ou personne ne résiste
je conteste là ou personne ne se lève 
mais c'est ainsi que je rêve.
Tapis dans l'ombre.
Ma secrète attitude à regarder de très loin
me donne cette vue d'ensemble, 
me rend devin.
A t'on ce que l'on mérite? 
Rien de moins certain.
J'entends souvent dire: tout se paye, 
mais les frontières du bien, du mal, 
se déplacent en fonction de chacun.
"que serais je sans toi" disait l'un
"ne me quitte pas" disait l'autre
"je te promets" a dit le dernier
quelle chance de croire en cela
car tout ce qui est valable aujourd'hui
sera incertain demain.
Un jour j'ai glissé dans le vide
et je n'en fini pas de tomber.
Ce gouffre immense, est vertigineux.
Vertigineux disais-je?
oui voilà, je pourrais chanter aussi
"les parois de ma vie sont lisses
je m'y accroche mais je glisse"
les paroles de "mourir d'aimer"
qui s'en souvient aujourd'hui?
ah!! Gabrielle Russier,
née une saint valentin,
dont le seul tort fut d'aimer,
aurait eu 80 ans le 14 Février de cette année.
"coquin de sort"...
La libération de la femme, des mœurs,
les hippies j'ai vécu ça aussi 
précisément à Tourette sur loup
au dessus de Nice prés de Vence, 
oui, c'est cela prés de Vence,
au sortir de l'enfance...

MARIE ANGE MURCIA













lundi 6 mars 2017

FEU FOLLET

Tout me parle de toi
ma mémoire, mes dix doigts.
De toi je n'ai rien de toi
juste pour espérer,
deux ou trois couplets,
quelques virtualités.
Nos mondes parallèles
n'ont rien d’irréels
ils nous accordent juste
deux ou trois pairs d'ailes
pour franchir les tropiques
plus haut dans le ciel.
Et, je, oui je,
me heurte à ton mur
parfois à ton armure,
brûle ma peau
au feu... feu follet.. de tes mots,
je dois dire, bien trop beaux.



MARIE ANGE MURCIA

samedi 4 mars 2017

VENT DEBOUT


Par terre, par mer, par air,
c'est ainsi que j' erre,
par vent debout
à contresens de tout.
D'ouest en ouest 
je piétine, je rechigne,
je courbe l’échine 
j'aimerais bien changer de vent
tourbillonner en volant comme un voilier
glisser sur le  flanc 
attendre le bon moment
pour atteindre une des îles sous le vent
celle ou tu m'attends....

MARIE ANGE MURCIA



vendredi 3 mars 2017

GLISSADE


Je me glisse lentement, 
inexorablement,
dans le couloir du temps.
Comme tout un chacun
je me sens peau de chagrin,
j'assiste à mon déclin.
Une à une, je range mes armes
de mon sourire à mes larmes
de mes idées à mon charme.
Dans cette file d'attente
je vois disparaître
peu à peu le paraître,
comme je vois naître d'autres êtres.
Et je change et je dérange,
c'est une évidence 
plus que jamais, à tout jamais, 
je suis et resterai Marie Ange.  

MARIE ANGE MURCIA 





lundi 27 février 2017

COSMOPOLITAN

Francais
Morceau de ciel bleu
de biscuit, de paradis ...
Cuillerée de miel,
de monts et merveilles,
douceur infinie....

Espanol
Pedaso de cielo azul
de biscocho, de paraiso...
Cucharada de miel,
de montes y maravillas,
dulzura infinita....

English
Peace of blue sky
of biscuit, of paradise...
Honey spoon,
of bells and whistles,
infinite softness.....

Portugues
Peça de céu azul
de biscoito de paraiso...
Colherada de mel,
de sinos y assobios,
suavidade interminavel.....

Italiano
Pezzo de cielo blu
de biscotto, de paradiso...
Cucchiaiata de miele,
de campane e fischietti,
dolcezza infinita....

Catalan
Peça de cel blau
de galeta, de paradis...
cullerada de mel,
de campane i xiulets,
dolçor infinita

MARIE ANGE MURCIA





dimanche 19 février 2017

TEMPUS FUGIT

la fille au vent

J'ai laissé passer ce jour
dédié à l'amour,
j'en perds mes plumes
mes illusions et mes atours.
Tombe ma cuirasse,
ma cotte de maille.
Reste mon armure 
adossée à un mur. 
Court encore
le temps et son air rapace.
Je le prends, il m'enlace, 
je le cherche, il me chasse
je le trouve, il menace
et ses tours de passe-passe 
m'agacent....

MARIE ANGE MURCIA


dimanche 12 février 2017

EXTRALUCIDE


Je vois beaucoup de joie
mais ce ne sera pas sans peine.
extralucide,
je vois je prévois je devine ,
ou explosent les joies
ou repose la peine.
Si tu crois que je vois, 
si tu crois ce que je vois
c'est que je sais lire en toi.
je dis ce que tu penses
tu crois ce que tu veux
je pense et je repense
en te regardant dans les yeux
je vois une longue dame brune
cherche bien elle est dans la brume
je vois un long chemin
tortueux comme le destin 
je vois et je revois
sans savoir rien de toi
lucide, je suis extralucide
terriblement lucide ...

MARIE ANGE MURCIA

vendredi 10 février 2017

SILENCIO





                                                                       
A part le souffle du vent rien ne s'entend.
Sans sollicitations le silence se repend.
Mon double vitrage rend muets les branchages
et les oiseaux de passage.
Le calme est en dedans, il fait face au tourment.
C'est ainsi que je trace,
sans le moindre bruit qui m'agace,
Ma fabrique de rêve à besoin de sève,
je la puise, je la prélève,
mon encre ma substance,
mon sang, ma différence,
mon imagination, ma souffrance.
Pour entendre parler, j’écoute chanter.
je partage mon langage
en gardant quelques secrets
aux limites de l'indiscret.
je répète mes naufrages,
mes voyages sans lendemain,
je rate sans cesse le train,
et je vais de quais de gare en purgatoires. 
si je prie c'est en vain
ou est donc passé le Divin,
il m’évite c'est certain.
C'est mon âme qui se charge de mes drames, 
pour une ballade au bord des larmes.....
en silencio....

MARIE ANGE MURCIA

jeudi 9 février 2017

LA QUÊTE


Coïncidence teintée d'évidence
au singulier avez vous noté.
Belle insolence
de cadence date et circonstance.
Guenièvre 
Révolution infernale 
circonvolution ou dédale.
Dans cette magie ancestrale,
pire qu'une vestale,
si peu normale,
je cherche le Graal. 
Je pense encore si mal,
coïncidence ou manigance,
négligence ou décadence 
ou cet au-delà 
n'est autre que cet ici-bas 
j'en accepte le contrat
je signe encore et encore
je donne mon accord 
je transforme 
le plomb en or.
Mais, 
mais je flotte au dehors
dans cet espace 
que je subodore.
Je parle 
on ne m'entend pas.
J'écris on ne me lit pas.
Je crie et l'on se rit de moi..

MARIE ANGE MURCIA








mercredi 8 février 2017

DOLOROSA

Vierge Des Sept Douleurs
Antoine- Leger Plouvier
couvent des calvairiennes Redon France

J'ai mal un peu
le temps anesthésie les coups,
fait disparaître les bleus.
J'ai mal encore
de tous ces jeux,
ces corps à corps.
J'ai mal aussi
de tous ces interdits 
du manque d'esprit.
J'ai du mal tout court
pour une vie sans atours
avec si peu d'amour ni me faire la cour.
J'ai de plus en plus mal
sans être invitée au bal ni au carnaval.
Un mal pour un bien dit-on,
mais quel est donc ce dicton?
Un bien pour un mal
serait bien plus égal.
J'ai moins mal
le dire sert d’analgésique.
Je n'ai plus mal 
cela en devient banal...

MARIE ANGE MURCIA

mardi 7 février 2017

ICARE


Je voudrais voler,
me poser sur un de ces prés
Matisse le Vol d'Icare
ou tu viendrais me retrouver.
Nous parlerions de la lune, 
de nos enfants,
de la pluie et du beau temps,
du monde, de ses tourments.
De ce brin d'herbe 
dans tes cheveux.
De ces étoiles 
dans mes yeux.
Du temps d'avant, 
du temps présent.
De tous ces monuments,  
toutes ces guerres,
ces folies meurtrières,
du genre humain 
et du destin.
puis je chanterai 
une ou deux ballades
j'inventerai 
deux ou trois tirades..
Avec cela, il se fait tard, 
je dois m'envoler,
m'en aller à regrets.
Mais je reviendrai, je reviendrai dans ce pré.
me posant....me reposant.... t'attendant.....
préparant un festin....

MARIE ANGE MURCIA







lundi 6 février 2017

DOUBLE PEINE


En fait je ne vous le dis pas
mais je suis morte de froid.
Patricia Cambon la femme sans visage
J'entends battre mon cœur
mais je suis morte de peur.
Vous ne me croirez pas, 
j’hésite à faire un pas,
je ne passe plus par les bois
je reste chez moi.
Entendez, entendez moi,
c'est à peine si on distingue ma voix,
voyez je ne me noie pas,
je ne pleure pas.
Après les coups, les contrecoups.
Avant les baumes les hématomes. 
et les blessures, et les rayures, et les fractures, 
tout, tout se transforme  en écriture....
et ma peine, ma double peine, 
toutes mes peines se voient à peine....


MARIE ANGE MURCIA

dimanche 5 février 2017

LIEN


Avez vous ce lien 
qui nous tient, nous maintient, 
nous soutient, nous fait du bien.
Henri Jean Guillaume Martin
un couple d'amoureux 1933
cet invisible
auquel on s'agrippe.
Il fait trois fois 
le tour de nos reins,
il se ballade 
au bout de nos mains,
il nous susurre 
au creux de l'oreille,
il nous adore, il nous endort,
il nous attache 
il nous ligote  
si on se trompe
il fait mine de se rompre.
Mais il est là et bien là
un chemin si étroit
ou seul passent 
le bruit de tes pas, 

MARIE ANGE MURCIA