Pages

samedi 31 décembre 2016

NOUVEL AN


Comme chaque fin d'année le bilan s'impose...
j'ai eu cette chance d'avoir été régalée tout au long de l'année ...
cela m'a fait rêver , accepter..
Mes jours sont devenus plus légers
je n'ai pas vu le temps passer.
Si je devais remercier,
je me prosternerais devant ce souffle d'air frais
qui a balayé ma tristesse et mes regrets..
C'est vrai ce soir je serai seule face à ma réalité,
mais habitée de la plus tendre de mes pensées..
Je n'ai nul besoin de voir pour croire,
j'ai cette liberté de me poser ou bon me semble.
Là, je serai là à écrire je ne sais quoi..
C'est ainsi que je traverse les parois
pour atteindre et frôler du bout des lèvres
mes images du bonheur
à forte teneur en bagatelles et autres merveilles.
Si l'on devait prélever pour analyser
la moindre de mes idées
on y trouverait de quoi alimenter
la terre entière.
J’ôterais la misère, la galère et la guerre
je dirais des oracles, je ferais des miracles,
je parlerais aux indécis,
j'apprendrais à dire merci...

Une année commence 
et à nouveau c'est l’espérance,
pour que chacun puisse espérer
sans fuir ailleurs ou s'enfuir ailleurs...

Je vous souhaite
que vos souhaits puissent être
ce que vous en ferez,
ceux que vous distribuerez
ou ceux qui vous seront attribués.

 2017 
sera bientôt sur toutes les lèvres 
de vos baisers de vos souhaits...

Ceci n'est pas un message ni un présage
juste un aveu et quelques vœux....

MARIE ANGE MURCIA


ESPRIT FRAPPEUR


Comme un fantôme
je ressemble à mon ombre.
Je passe à la nuit tombée
entre couloir et travée.
Je hante, je hante,
je soupire et je hante,
je hante comme je respire.
La nuit venue 
je descends de mon toit,
je traverse les parois
et l'on ne voit plus que moi.
Je suis cette lumière qui se promène
la petite flamme qui se traîne,
un esprit comme on dit.
Et je frappe et je frappe
et l'on entend plus que moi...
eh oui ! croyez moi, je suis là....
je vous le dis par trois fois...

MARIE ANGE MURCIA





mercredi 28 décembre 2016

TERRIFIC 2016


Comme une cruche qui se vide
la vague se retire
le rideau se baisse,
l'année s’épuise
une autre s'aiguise
prête à endosser toutes nos bêtises.
Les dernières lueurs du jour
laisseront entrevoir l'espoir
aux quatre coins du monde
lorsque cesseront les bombes.
De vœux en aveux 
de rêves en trêves
de marche ou crève,
l'année s’épuise 
et l'autre n'en fera qu'à sa guise
peu importe le millésime.
Nos anniversaires se chargeront
d’épurer notre échéancier,
la peine la douleur le malheur
ne connaissent pas la crise....
2016 comme tu nous pèses...
2017 faudra bien qu'on t'accepte....

MARIE ANGE MURCIA

mardi 27 décembre 2016

BOUTIQUIÈRE



Les compliments,
comme les regards ardents
et aussi la souplesse des caresses du vent.
Le souffle des sentiments,
les coeurs battants,
les corps savants,
les élans de nos amants 
aux intrigues romantiques, pathétiques,
érotiques ou platoniques.
La soif de savoir d'en boire,
les tous tout toutes 
et les moins que rien.
Les amours sur cour 
et celles coté jardins.
Les brins de soleil
les coups de foudre
les interdits et les non dits...
C'est ici, ma boutique
ou tout se dit, 
tout se trie, s’écrit,
ma bouffée d'air frais. 
Et j'aère 
à me rendre légère
et j’aère tous mes airs
sur tous les tons
à tous les temps
du temps que j'attends
autant que j’espère.... 


MARIE ANGE MURCIA




lundi 26 décembre 2016

ANATHEME




L'amour encore en moi
me donne le rêve et la foi
l'esprit et aussi l'envie.
Le regard du hasard
du premier"je t'aime"
comme un anathème
lancé ou balancé
chanté ou susurré
à se damner sans regret
à se donner sans compter
à me murmurer et si c’était vrai..
L'amour encore en moi
comme il se rêve
comme il s'en trouve
une fois, des fois, parfois.....

MARIE ANGE MURCIA


lundi 19 décembre 2016

ALEP


Sans me comprendre
nul ne peut me surprendre
ni savoir qui je suis
ni entendre mes bruits. 
maladies transmisent par l'homme : cruautés, bêtises, soif du pouvoir, mort..ect..
de mon balcon vue sur Terre
Sans me comprendre
les liens se distendent
sombrent dans l'ombre
d’évacuations de desperations. 
Si vous lisez ceci
sans rien y comprendre
c'est un monde qui s’effondre 
prit sous le tonnerre qui gronde,
de la honte des bombes,
une guerre à s'y méprendre.
Alep comme la lèpre 
tombe, retombe jusque dans la tombe
c'est vous dire une hécatombe.....

MARIE ANGE MURCIA








mercredi 14 décembre 2016

FAKIR

un fakir à Varanasi Herbert Ponting 1907

j'ai pour ainsi dire une âme de fakir
allongée sur mes clous
je les trouve un peu durs,
impensable mais j'endure,
en écrivant sur le sable 
ces tas de fables
et tous ces sentiments
tombés du camion
volés à l'arraché.
je reste perplexe
de cette histoire si complexe.
dans ce silence qui m'opprime,
ces passages nuageux 
font de ma vie un jeu malheureux
voire dangereux meme désastreux
alors je fais le fakir
portée par mes clous
et je me dis,
c'est bien beau
mais gare au marteau..

MARIE ANGE MURCIA



lundi 12 décembre 2016

INSOUPÇONNABLE


je voudrais m'en aller, 
me retrouver sur tous ces chemins 
Modigliani
qui furent tien.
Voir à travers tes miroirs
ce que de tes yeux tu vis de mieux.
M’arrêter, me poser
dans ce coin qui va bien,
parler de tout de rien
que tu saches d'ou je viens, 
savoir ou tu vas,
m'asseoir prés de toi 
entendre ta voix.
Ecouter tes soupirs et aussi tes rires
connaitre ton odeur 
et les bruits de ton cœur,
revoir ton visage 
et comprendre ton langage.
Frissonner de t'avoir frôlé 
et puis m'envoler 
sans que tu puisses soupçonner,
l'insouçonnable,
savoir qui j’étais.... 

MARIE ANGE MURCIA

dimanche 11 décembre 2016

AD VITAM AETERNAM

le rouge et le noir Hubert RUBLON


il me dit que je suis belle

sur les photos 
comme dans mes mots,
mais je suis celle 
qui aurait pu être celle,
mais je suis telle 
égale à elle meme, 
irréelle, virtuelle. 
Je me change parfois en statue de sel
immuable, imperturbable
et si peu sociable.
J'ai pour habitude la solitude,
je vis de rêves de rage et d'orage,
d'amour et d'eau fraîche.
Je joue à cache cache
avec le bonheur.
Mes couleurs 
sont celles de la pâleur
et si je réserve mon cœur
c'est afin qu'il ne se meure...
et si je me cache 
c'est afin qu'il ne s'attache...
je reste loin très loin si loin
car si j’étais prés très prés trop prés 
j'en mourrais....


MARIE ANGE MURCIA

  

samedi 10 décembre 2016

AVE MARIA


Me voilà plus loin que toi
si loin de toi
dans cette espace 
dans cette vie.
Tu me manques
comme on manque son tour
comme on passe son envie
comme on renonce à son prix.
Tu me manques 
je te le dis
et meme si tu étais ici 
tu me manquerais aussi,
car de toi 
je ne connais que l'absence
ce vide immense .
J'ai appris à marcher sans toi
et ne rêver que de toi.
J'ai su très tôt me servir des mots
pour dompter l'ennuie 
et parler sans bruit.
J'ai souffert 
comme on souffre en enfer,
j'ai prié 
comme on prie pour se taire, 
j'ai pensé
comme on bêche la terre
pour la moindre de mes idées,
j'ai pleuré
de ces pleurs sans douleur
pour alléger mon pénitencier.
Il me reste encore 
quelques Ave à réciter
un petit acte de contrition
et des baisers des baisers à distribuer...
c'est ainsi que je t'aime 
n'est ce pas assez ?

MARIE ANGE MURCIA

Serge Lama - Les muses (Clip officiel)

vendredi 9 décembre 2016

RAGE DE CŒUR



Il n'y a rien, rien de pas bien
dans l'amour qui me tient,
il m’enchaîne les reins
et me remonte jusqu'aux mains.
Et je tape et je tape
comme une musique qui frappe
je compose, je dispose, je dépose,
à chaque coup à chaque prose
la romance qui devient démence
alourdie par l'absence.
Alors seulement je m’élance,
avec ce brin d’adolescence 
qui mène la danse.
Et je danse et je danse 
jusqu'au bord de l’indécence,
l'arrogance des sens
et je t'aime et je t'aime  
comme on aime le désert
ses silences, ses distances 
et le moindre de ses mystères...

MARIE ANGE MURCIA



dimanche 4 décembre 2016

PUB


N’écoute pas, surtout pas 
tous ces ragots
avec des mots trop gros.
Oublie tout ces malheurs 
tous ces maîtres chanteurs
qui transfusent de la rancœur. 
Cette publicité mensongère
au gout amère..
Ces mille et un paris
cette course contre la montre
ce sourire de reve 
cette jeunesse sans treve 
ces tambours et ces trompettes
ce monde immonde
cette terre sans terre
ce père sans courage
cette mère sans hommage
fais comme moi 
n'y crois pas..!!

MARIE ANGE MURCIA